AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Délicieuse retrouvailles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



Invité
MessageSujet: Délicieuse retrouvailles   Sam 18 Avr - 16:02



 
Mari & Gayeon

Délicieuse retrouvailles



~la petite tenue~[color=#ff3333]
   Le printemps venait de pointer le bout de son nez et c'était l'occasion de sortir. Le soleil m'appelait et me prier de lui tenir compagnie. Comment résister ? De plus, ma peau était bien trop blanche à mon goût, il fallait je fasse quelque chose avant l'arrivée de la saison des bikinis. C'est donc en ce dimanche, seul jour de repos pour ma part, que je me suis aventurer dans l'Incheon Grand Park. Là bas, j'étais sûr de me trouver de la compagnie : il était obligé que toutes les ajhummas sortirais leur petit derrière en voyant ce beau ciel bleu. J'adore papoter avec les anciens du quartier, vraiment. Même s'ils me parlent de leur chien perdu, de leur fils médecin qui fait leur fierté ou encore de leurs problèmes de médocs, j'adore parler avec eux. C'est pas toujours très intéressant, c'est vrai, mais c'est bien mieux que de parler garçons avec une nana en manque d'amour par exemple. Et puis, faut dire qu'ils sont de bons vivants, ces vieux. Je les aime bien, et je pense qu'ils m'aiment bien aussi, eux. C'est pas toujours facile de les faire parler, il m'arrive de me faire recaler, mais j'aime les embêter, ça change du monde de paillettes auquel je suis confronté toute la semaine au travail. C'est mon petit moment détente.
Dès les premiers pas dans le parc je pouvais sentir les rayons de soleil réchauffer ma peau. C'était si agréble. J'avais sorti les lunettes de soleil et tout! Cet avant goût de l'été me mettais de bonne humeur comme jamais ! C'est avec un grand sourire que j’avançai pas à pas vers l'endroit où se pose en général les seniors : loin du jeux des mioches bruyants. Il s'agissait d'un coin floral avec des bancs disposer de façon à ce que chacun puisse parler avec un autre. Je m’avançai donc vers là-bas lorsque le camion du marchant de glace attira mon œil. Il ne me fallu pas quatre heures pour me décider à en prendre une. Il y avait de la queue, mais il s'agissait de glace : j'étais obligé d'en prendre une.
C'est en m'aventurant vers ce camion qu'un visage familier se présenta à moi.

- Ajhumma !

Ma préférée. L'une des ajhummas avec qui j'aime le plus passer du temps était là. Cette dame est une personne si adorable, je n'oublierais jamais tout les soirs d'été où nous avons conversées pendant des heures. Je lui ai même appris à danser des pas sexy des groupes de filles le plus en vogue du moment. Ah... c'était si drôle vous auriez du voir ça... on aurait dit deux bourrées. Cela faisait un bon moment que je ne l'avais pas vu et qu'elle fut ma surprise en la voyant devant moi ! Je l'aurais presque pris dans mes bras mais je la respecte bien trop pour ça. Le sourire jusqu'au oreille j'en oubliais même l'idée de la glace. Je m'étais fait bien doubler dans la file mais j'étais tellement contente que je ne remarquai rien.

- Woow... vous étiez tout ce temps ?! Je vous ai attendu sur notre banc vous n'êtes pas venu ! D'un ton plus sérieux mais ironique je continuais : Vous vous souvenez bien de moi n'est-ce pas ? Votre cerveau âgée de m'a pas oublié j'espère ! Je riais suite à cela, elle riait elle aussi. Je savais que ce soleil n'était pas sorti pour rien. Il nous avait réuni.

Je compris alors suite à sa réponse que la fille de son enfant était revenue de Paris ce qui expliquait son absence. Normal. Je ne connaissais pas grand chose sur sa petite fille mais j'avais bien retenue qu'elle étudiait l'art de la pâtisserie. Étant une grosse goinfre et fanas de nourriture, je considère les personnes travaillant dans ce monde là comme des êtres à part, des dieux. Après cette précision on commença naturellement une conversation sur les nouveautés dans nos vies. Comme à mon habitude je lui parlais de mes projets concernant la danse, de mes problèmes au travail etc... Cette Ajhumma sait pertinemment que je peux parler de ma vie sans m'arrêter mais j'essaie tout de même de m'abstenir quand je suis avec elle. Pour lui éviter un malaise, je lui proposai de s'asseoir avec moi non loin de ce marchant de glace. Seulement, elle eut à peine le temps d'accepter qu'une jolie jeune femme fit apparition. Comme une impression de déjà-vu m'envahis alors. Son visage m'étais étrangement familier. Ses traits me disaient vraiment quelque chose. Quelque chose comme... Ma.. Ma...

- Mari ??!

(c) crackle bones



Dernière édition par Seo Ga Yeon le Jeu 18 Juin - 13:51, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kang Mari
Nombre de messages : 314
Date d'inscription : 12/04/2015
Pseudo : Obaa-chan



avatar

MessageSujet: Re: Délicieuse retrouvailles   Sam 18 Avr - 17:10

" Le monde est rempli de bonnes et heureuses choses, l'argent, le pouvoir, ça fait longtemps que nous avons arrêté de prêter attention à tout ça. Je suis un peu différente, je veux juste faire ce que je veux. " Red Velvet, Happiness

Un vent léger passant par l’interstice de la fenêtre entrouverte fait danser légèrement les plis des rideaux de soie de ma chambre. Je contemple ce manège quelques instants, les yeux entrouverts, encore un peu collés de sommeil. Je finis par les frotter et fais des petits mouvements de bouche pour la rendre moins pâteuse et la dégourdir. J’essuie le coin de mes lèvres : j’ai dormi comme un bébé. Quand je bave comme une mamie, cela signifie que je suis effectivement tombée comme une masse. Un rayon de soleil qui est venu se perdre et jouer sur mes draps roses me fait sourire. Je pense qu’il fait bon. J’ai de la chance, j’ai entendu dire à la météo qu’il allait faire beau et c’est justement mon jour de congé aujourd’hui. Eun Mi est partie voir une cliente, je suis donc seule ici mais bien décidée à ne pas rester seule chez moi et à sortir me promener. Je m’étire donc de tout mon long et, pour me donner un peu d’énergie, je choisis sur mon portable une nouvelle chanson pop coréenne entraînante. Je ne suis pas habituée, avec mon métier, à pouvoir dormir jusque dix heures. Cette grasse matinée m’a fait le plus grand bien, mais je ne peux pas non plus en abuser, je ne veux pas perdre une journée de ma vie dans un état végétatif, plongée dans le noir de mon salon…En tous cas, pas aujourd’hui, il fait trop beau comme cela. Je me dandine, assise en tailleur sur mon lit, sur le rythme de la musique. Une fois celle-ci finie, j’en choisis une autre et, mon téléphone en main, je me dirige vers la salle de bains. J’abandonne mon pantalon et mon top à fines bretelles couleur crème sur le sol – Eun Mi va m’enguirlander mais tant pis, je rangerai ce soir avant qu’elle ne rentre de son rendez-vous, elle se débrouille bien, son carnet d’adresses pour les événements comme les mariages se remplit à vue d’œil –. Je me glisse ensuite sous l’eau chaude crépitant et, une fois sortie et séchée, je reviens dans ma chambre, presque nue, pour pouvoir choisir mes affaires. Que vais-je bien pouvoir porter pour fêter ces premiers rayons de soleil sans pour autant attraper froid ? «  En Avril, ne te découvre pas d’un fil », dit-on bien en Français. J’adore cette expression. Finalement, j’opte pour un pull léger gris ainsi qu’un jean et un gilet en grosse dentelle bleu clair. Je prends des lunettes de soleil, un petit sac et y enfourne le strict nécessaire ainsi qu’un livre. J’enfile mes baskets blanches et  m’inspecte dans le miroir de l’entrée : le résultat est plutôt pas mal. Au moment de me diriger vers la mer, je reçois justement un message de ma grand-mère : elle se balade justement dans le parc où nous avions l’habitude d’aller, maman a dû passer à son bureau et ma sœur étudie avec une amie, elle est seule. Ayant très envie de la voir et m’apprêtant justement à sortir pour profiter un peu du beau temps et ne pas rester avachie toute la journée sur le canapé. En trois ans, je n’ai pas pu la voir énormément, j’aimerais profiter de mon retour à Incheon pour rattraper le temps perdu malgré mon travail qui me prend énormément de temps. Le job de pâtissière et tenir sa propre boutique n’est pas de tout repos : il faut rembourser les emprunts, faire l’ouverture, préparer des gâteaux en avance mais pas trop pour éviter d’en avoir encore sur les bras à la fin de la journée…Mais aujourd’hui, je me sens soulagée, je n’aurais pas à m’occuper de tout ça, pour une fois.

Je prends donc la direction du métro le plus proche, savourant le vent presque tiède s’engouffrer dans mes cheveux pour les faire voler. Je mets mes lunettes du soleil sur mon front, entre dans la station et sors une petite bouteille d’eau de mon sac : il fait mourant de chaud.  J’espère que ma grand-mère m’attend à l’ombre. Certes, elle est active et encore jeune dans sa tête – elle m’avait même montré une fois une danse sexy qu’elle avait apprise auprès d’une jeune fille rencontrée dans ce même parc -, mais elle reste une personne âgée.

Je sors du métro et me dirige vers le parc. Je m’arrête un instant pour contempler de loin ce grand et bel espace vert illuminé de tâches de soleil et d’où émanent des rires d’enfants et des paroles enjouées d’adulte. J’ai toujours aimé ce lieu pour ce qui s’en dégageait, surtout le Printemps, lors des premières chaleurs, lorsque les gens sont heureux de ne plus sentir le froid piquant de l’hiver, et l’été caniculaire durant lequel les gens viennent se réfugier sous l’ombre des feuillages des arbres protecteurs. J’aime Paris, son glamour naturel, son aura particulière, mais je suis heureuse d’avoir retrouvé Incheon, sa mer, une nature verdoyante et fleurie après l’hiver, tout cela combiné à une atmosphère citadine assez incroyable. J’aime ce mélange, ces odeurs, et ses saveurs. D’ailleurs, d’après son dernier message, Mamie m’apprends près des parterres de fleurs. Il y a toujours un marchand de glaces là, il ne fait pas encore trop chaud, j’espère qu’il sera quand même là. Après ces quelques petites minutes de contemplation, j’hume l’air en inspirant un bon coup et entre. Je déambule entre les bosquets, les enfants qui s’envoient des ballons, baisse la tête de peur de me le ramasser en pleine figure – je mesure 1m75, ce qui est très grand pour une fille coréenne – et, après toutes ces petites péripéties, j’arrive en vie au lieu du rendez-vous. Malgré le teint sombre de mes lunettes, je distingue sans souci la casquette fluo de ma grand-mère parmi tous les bobs des ahjummas et m’élance vers elle. Je suis malgré tout surprise de voir une superbe jeune fille aux cheveux clairs et au teint hâlé près d’elle. Je souris, au moins elle n’a pas attendu seule :

«  Bonjour ! » Je m’exclame à l’intention de ma grand-mère et lui caresse furtivement le bras :

«  Tu vas bien mamie ? » Je me retourne vers la charmante inconnue et m’incline :

«  Enchantée… » Elle prononce mon nom avant même que je la renseigne. Je me relève et la considère, étonnée, et la remets au bout de quelques longues secondes…Serait-ce…

«  SEO GA YEON ? »
Je m’écrie. Je plaque ensuite mes deux mains sur ma bouche, encore une fois j’ai parlé trop fort.

«  Excuse-moi, je ne t’avais pas reconnue. » Je reprends un ton en dessous et lui souris. Je la connais peu, c’est la sœur de mon oppa, elle avait toujours l’air souriant mais, je ne saurais dire pourquoi, je ne la connais pas plus que ça, ce qui est dommage. Je tends la seconde bouteille d’eau que j’ai prise dans mon sac avant de partir et la tend à ma grand-mère. Je m’assois près d’elles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité
MessageSujet: Re: Délicieuse retrouvailles   Dim 19 Avr - 16:47



 
Mari & Gayeon

Délicieuse retrouvailles



~la petite tenue~
   Elle était bien là, devant moi. Kang Mari était apparut si subitement, et même trop subitement. Mes yeux ne me trahissait pas, non non. Il me fallu pas mal de temps pour faire le rapprochement entre ajhumma et la jeune arrivante. C'était trop pour moi, tout se bousculer dans ma petite tête. En réalité, je me demandais de qui était le plus surprenant : le fait que la petite fille de ajhumma soit Mari ou le fait que Mari -que j'avais perdu de vue- apparaisse comme cela. En fait, c'était la même chose... Mais c'était si brusque. Je ne pouvais que penser à mon frère à ce moment là. D'après mes faibles souvenirs, cette jeune femme était une bonne amie de Il Nam à l'époque. Je l'avais croisé deux trois fois lorsque j'étais chargée d'aller chercher mon jeune frère au parc. Il est possible que nous ayons joué aussi  toutes les deux ensemble, mais rien de trop marquant. Je n'étais pas proche d'elle, mais je l'aimais bien et nous avions une bonne entente. Puis je l'ai perdue de vue pour une raison que j'ignorais -du moins jusqu'à maintenant-. C'était donc elle la petite fille partie à Paris. Cette petite fille qui faisait tant la fierté de sa grand-mère. Mon esprit commencer à remettre les choses en place. Je revoyais son petit visage de l'époque et je l'associais à celui d'aujourd'hui. Elle n'avait pas réellement changer : toujours aussi jolie. Elle devait d'ailleurs faire partie d'une des nombreuses mignonnes filles que je jalousais, étant ado. Kang Mari... c'est donc toi. Mon visage resta bloquée pendant un bon bout de temps. La bouche en 'O', je faisais des aller-retour entre le visage de Mari et celui de sa grand-mère. Comme lorsqu'on suit un match de tennis, vous voyez le truc ? Arf... c'était vraiment inattendu. Bien trop occupé dans mes pensées du passé , je n'entendait même plus la phrase qui suivit son cri d'étonnement.

- Ouah... c'est fou quand même ! Et Il Nam ? Tu le revois ?

C'est dans ces moments là que je réalise à quel point nous avons du mal à nous voir, avec Il Nam. Il me l'aurait sûrement déjà dit, que sa Mari est de retour. Avec une mine pleine de joie, je le voyais déjà. Mais ses études et mon métier ne font pas bon ménage... on ne se voit que rarement...

Mes yeux s'attardait alors sur ajhumma. Je ne sais pas qui était la plus perdue de nous deux mais elle était assez retournée elle aussi. Moi, je reprenais peu à peu mes esprits en recollant les morceaux de la chronologie. Je l'observai, elle restait statique avec ce regard interrogateur qu'elle nous adressait à toute les deux. Je ne pus m'empêcher d'exploser de rire. Elle était décidément trop mignonne. Je laissai Mari se charger de tout lui raconter, Il Nam, notre lien de parenté, la perte de vue et ce qui en suivait.
Pendant ce temps je repensai un peu à tout ça, nos deux rencontres, l'une par mon frère, l'autre par sa grand-mère. Deux rencontres dû à un lien d'amitié avec nos familles respectives. C'était quand même quelque chose. Je me demandai alors ce qu'était devenue une si belle jeune femme telle que Mari. Sûrement quelqu'un de super intellectuel avec un travail dans ces grand building, j'en étais sûr ! Après tout, elle avait étudié à Paris. Paris... mais !

- TU ES PATISSIERE ????!
Je l'avais coupé en pleine phrase. Étant trop dans mes pensées j'en avais une fois de plus oublié qu'elle était en pleine explication pour sa grand-mère. Les quelques parents étant sur des bancs voisns s'étaient retournés en notre direction suite à mon exclamation.

- Oh pardon... Je me redressai en esquissant un petit sourire. Tss, quelle mémoire que j'ai... évidemment qu'elle était pâtissière, combien de fois cette Ajhumma me l'avait fait entendre, j'étais vraiment étourdie, ou peut-être même encore abasourdie par ces retrouvailles soudaine. En tout cas, je ne pouvais plus me taire et attendre patiemment son feu vert, il fallait que je déballe tout :

- Omo omo ! Pâtissière! Pâtissière !! Y'a pas mieux comme métier ! Tu travailles où ? Tu fais des trucs français ? Ah... la pâtisserie française... ça doit être si bon. Dis t'aurait pas besoin d'un truc du genre goûteur ? Ils ont pas ça les chefs ? Faut bien des gens pour donner des avis... J'eus besoin d'une grande inspiration. J'avais parler trop vite. En regardant les arbres au loin, le sourire jusqu'au oreilles je me taisais. J'étais directe, c'est vrai, mais c'est tout moi, et sachant que je me trouvais en face d'une pâtissière -qui de plus était une bonne amie de mon frère!- je ne pouvais me retenir. Je regardai Mari pour m'assurer qu'elle ne m'ait pas fuit en prenant peur :  Mes yeux pleines d'étoiles faisait des va et viens entre la jeune femme et sa grand-mère. Je leur montrai mon plus chaleureux sourire.
- Kang Mari... c'est le destin.
(c) crackle bones



Dernière édition par Seo Ga Yeon le Mar 21 Avr - 13:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kang Mari
Nombre de messages : 314
Date d'inscription : 12/04/2015
Pseudo : Obaa-chan



avatar

MessageSujet: Re: Délicieuse retrouvailles   Lun 20 Avr - 12:14

La situation devait être comique à voir d’un point de vue extérieur. Nous sommes toutes les deux  la mâchoire tombante, l’index dirigé vers l’autre, les yeux écarquillés, comme deux ronds de flanc. La situation est plutôt rocambolesque. Nous ne sommes pas à Séoul mais cette ville est grande. Ceci étant, je croisais beaucoup Il Nam à l’époque du collège et du lycée, mais nous n’habitions pas loin. Quoi qu’à bien y réfléchir, la maison de ses parents ne se trouve pas très loin d’ici, d’après ce qu’il m’avait dit et si ma mémoire est bonne. En tous les cas, les circonstances sont étonnantes. Je m’apprêtais simplement à rejoindre ma grand-mère pour une petite promenade sous le premier soleil de Printemps. Mais, non seulement je ne m’attendais pas à trouver ma mamie accompagnée, et encore moins de la sœur de mon oppa mais, encore plus surprenant encore, pourquoi ne l’ai-je pas reconnue plus tôt ? J’ai tellement honte que je sens mes joues prendre une teinte cramoisie. Malgré mes trois ans passés à Paris, j’aurais dû la reconnaître. Certes, nous n’étions pas les meilleures amies du monde, mais je l’appréciais et je l’avais déjà saluée. J’ai été d’autant plus impolie que j’ai crié son nom ? Une fois la surprise passée, je ne peux m’empêcher de la détailler. J’envie sa beauté peu commune, ses cheveux plus clairs que les miens, sa peau plus foncée, et surtout…elle a un corps de rêve. C’est vrai ça, regardez-moi ses formes généreuses. Elle n’est pas grosse ni trop pulpeuse, non. Elle a juste une silhouette parfaite et harmonieuse, un corps de femme en sommes. Je lui envie. Je suis vraiment un cure-dents, en effet je mesure 1m75 pour 49 kilogrammes. Je connais mon poids et ma taille par cœur, c’est une obsession pour moi, et pas dans le bon sens du terme. Une fille trop ronde peut maigrir, une fille comme moi est incapable de maigrir pour la simple et bonne raison que le corps brûle tout ce qu’il mange à la vitesse grand V, il n’y a rien à faire pour ça. J’ai de la chance, je peux tout porter, c’est clair, mais j’aimerais ressembler plus à une femme qu’à une éternelle jeune fille. Bien sûr, c’est un peu ce que je suis. Malgré mes vingt-quatre ans, je suis toujours vierge et je n’ai jamais embrassé personne. Je suis coincée, je sais, et plus le temps passe, plus je me tends à ce sujet car j’ai peur de tomber sur quelqu’un qui ne voudrait de moi que pour cela ou qui, au contraire, me rejetterait. Je secoue la tête, éblouie un instant par le soleil – puisque j’ai eu la bonne idée de ne pas remettre mes lunettes – et étourdie par les cris de Ga Yeon.

«  Oui c’est fou. Depuis que je suis de retour à Incheon je ne l’ai pas beaucoup revu, malheureusement. Tu as de la chance de l’avoir comme frère. »  Je me mets accroupie pour tenir les mains de ma grand-mère :

«  Mamie, Seo Ga Yeon est la sœur d’un de mes oppa…Je ne l’ai pas reconnue tout de suite car je suis un peu bête…Ah et vous, comment vous vous connaissez ? »

Je sursaute littéralement, comme si j’avais reçu un choc électrique. Je tombe littéralement par terre et me relève directement après, la main sur ma poitrine, mon cœur ne s’arrêtant pas de battre la chamade. Une fois mes esprits repris, je souris légèrement, malgré la commissure tremblante de mes lèvres.

«  Oui oui, je suis pâtissière et… »


Ma parole, Il Nam ne m’avait pas menti. Sa sœur est une vraie boule d’énergie. D’un côté, avec mon optimisme à tout épreuve, nous pourrions devenir de bonnes amies. Au moment où j’allais ouvrir la bouche pour lui proposer de prendre une glace et de faire une promenade toutes les trois, elle continue de crier et de s’emballer. Elle me vante les mérites de la pâtisserie avant de me poser tout un tas de questions sans me laisser y répondre, je crois que ma tête va exploser. J’ouvre alors la bouche pour lui répondre mais elle continue. Je pourrais la trouver agaçante mais elle me fait l’impression d’être une fille bien, attachante, très mignonne et chaleureuse avec ce sourire et ces yeux qui pétillent. Une fois assuré qu’elle a fini de parler, je souris et lui réponds calmement :

«  Je viens d’ouvrir ma boutique avec une amie d’enfance, Choi Eun Mi, je ne sais pas si tu la connais aussi ? Elle était aussi d’un quartier pas trop loin du mien…Mais je ne pense pas qu’elle connaisse Il Nam…Enfin bref, nous avons notre boutique près de la mer, je te donnerai l’adresse exacte, elle s’appelle Premier Baiser, nous faisons des pâtisseries françaises, de temps en temps italiennes ou américaines…Je n’ai pas vraiment besoin de goûteur mais passe à la boutique quand tu veux, je te dirais s’il y a quelque chose que tu puisses faire en échange d’un gâteau…Et puis tu es la sœur de Il Nam, et en plus je ne t’ai pas reconnue tout de suite alors, par amitié pour Il Nam et pour m’excuser de mon éternelle étourderie…je peux bien t’offrir quelques pâtisseries… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité
MessageSujet: Re: Délicieuse retrouvailles   Mar 21 Avr - 13:59



 
Mari & Gayeon

Délicieuse retrouvailles



~la petite tenue~
   Sous se brillant soleil et ce léger vent si agréable étions là, Ajumma, Mari et moi, tranquillement assises alors que l'on sse remettait à peine de ces soudaines retrouvailles. J'avais ôté mes lunettes de soleil rose comme pour mieux faire face à l'amie de mon frère. Je ne décrochai pas mon regard de son joli visage. J'en oubliais presque Ajumma toujours assise milieu de nous. De ce que je pus comprendre Mari n'avait pas non plus le temps de trop revoir mon petit frère. Il faut dire que tout comme moi, il est dure d'avoir du temps libre. Elle était tout de même en train de monter sa boîte... ce n'est pas rien. Ce fut quand j'avais réaliser que mon interlocutrice était la pâtissière en question dont j'avais tant entendu parler des mois plutôt que je la coupais court sur ce qu'elle disait. J'en avais même presque oublié la question qu'elle me posait. Comme une folle j'avais crié alors qu'elle était en pleine conversation avec sa grand-mère. Elle en tomba par terre de surprise. Oups, la pauvre. Je m'étais peut-être exclamé trop brutalement ? Les mains sur la bouche, tout en souriant je la regardais se relever toute seule, parce que la situation était tout de même assez drôle et ce genre de choses me font facilement rire. Je n'avais même pas eu le temps de me lever pour l'aider qu'elle était déjà debout. Je ne pus retenir un rire. Après quoi je lui déboulais mes pensées à haute voix. Elle pu finalement prendre la parole lorsque j'avais besoin d'oxygène :

«  Je viens d’ouvrir ma boutique avec une amie d’enfance, Choi Eun Mi, je ne sais pas si tu la connais aussi ? Elle était aussi d’un quartier pas trop loin du mien…Mais je ne pense pas qu’elle connaisse Il Nam…Enfin bref, nous avons notre boutique près de la mer, je te donnerai l’adresse exacte, elle s’appelle Premier Baiser, nous faisons des pâtisseries françaises, de temps en temps italiennes ou américaines…Je n’ai pas vraiment besoin de goûteur mais passe à la boutique quand tu veux, je te dirais s’il y a quelque chose que tu puisses faire en échange d’un gâteau…Et puis tu es la sœur de Il Nam, et en plus je ne t’ai pas reconnue tout de suite alors, par amitié pour Il Nam et pour m’excuser de mon éternelle étourderie…je peux bien t’offrir quelques pâtisseries… »

De ce regard si pétillant et d'un sourire à pleine dent je la regardais encore alors qu'elle, se sont côté paraissait plus calme. Nous sommes comme le jour et la nuit, avec Mari. Du peu que je la connaisse je pouvais déduire en elle une personne timide, et plutôt posée alors que je suis du genre à bouger partout, ne jamais m'arrêter... Mais ce n'est pas ce détail qui pouvait m'empêcher d'adorer Mari. Pas seulement parce qu'elle avait un métier de rêve, mais il y avait ce truc. Cette chose qui vous accroche à une personne sans raison concrète et qui vous attache à elle en une seconde. J'ai toujours pensé qu'avec les gens ça passe ou ça casse, il ne me faut pas quatres jours pour savoir si oui ou non j'aime l'individu en face de moi. Cette rencontre ne faisait qu'affirmer ma pensé. Mari, je la trouvais génial. En deux phrases, et quelques souvenirs flous, elle était déjà une personne que j'affectionnais.

C'est au fur et à mesure de sa réponse que je commençais à devenir gênée. Oui, aussi bizarre que cela puisse paraître, moi, Seo Ga Yeon se trouvait mal à l'aise. Le pire, c'est que je m'étais mise toute seule dans cette gêne. Il faut vraiment que j'apprenne à parler moins vite...  et d'ailleurs, dans tout les sens du terme. Je ne rougissais pas encore -pas à ce point-, mais je commençais à prendre peur de l'appréhension que la pâtissière pouvait avoir de moi. Me voyais elle comme une sans gène?Une folle qui apparaît juste pour profiter ? Je me posais ces quelques questions... C'est pourquoi je rebondissais sur un sujet qui pouvait lui démontrer cette pensée : sa grand-mère.

- Les soirs d'été me rend souvent dans le parc du quartier et je rencontre beaucoup d'anciens, j'adore parler avec eux on s'amuse mieux qu'avec des jeunes, sans blague. C'est alors que j'ai rencontré Ajumma. Mon regard se porte vers la principale concernée, je lui souris. On s'est vite bien entendu !
Je me tue une seconde avant de reprendre doucement, en prenant exemple sur Mari :

- En tout cas merci, ce serait vraiment génial de t'aider à faire quoi que ce soit.
Une idée me vint alors...
- IL TE FAUT DES CLIENTS !! JE PEUX M'EN OCCUPER ! Je suis sure que je peux t'aider !! Il y aura tout Incheon dans la boutique ! Tu verras, sinon je leur jetterais de la crème sur la tête !

Oups. J'esquissai un léger sourire désolé. J'avais encore parler trop fort...  
(c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas
Kang Mari
Nombre de messages : 314
Date d'inscription : 12/04/2015
Pseudo : Obaa-chan



avatar

MessageSujet: Re: Délicieuse retrouvailles   Mer 22 Avr - 18:55

Cette légère après-midi de Printemps est teintée de bonne humeur. Pour être honnête, je connais peu Seo Ga Yeon, mais je suis contente de la revoir. Tout d’abord, elle est la sœur de mon frère de cœur, je considère Il Nam comme un membre de ma famille et réciproquement, alors si nos familles respectives s’entendaient bien, je n’en serais que plus heureuse, d’autant plus qu’elle semble déjà avoir sympathisé avec ma grand-mère. Elle est toujours énergique, dotée d’une mentalité jeune et plutôt fraîche pour son âge, mais elle reste une ahjumma, je suis plutôt touchée de voir que Seo Ga Yeon semble être le genre de personne sympathique aimant communiquer avec tout le monde, y compris avec les petits vieux. Je suis également ravie de ces retrouvailles car Seo Ga Yeon m’avait toujours semblée sympathique, fraîche et pétillante. Je voulais apprendre à mieux la connaître, ce qui est sur le point de se faire. J’aime faire de nouvelles rencontres, bien que celle-ci n’en soit pas vraiment une, celle-ci m’enchante donc. Quoi qu’il en soit, je suis également rassurée. Au risque de me répéter, je complexe facilement à cause de mon corps de cure-dent. En France, je me sentais honteuse face à toutes ces femmes aux formes généreuses. A mon retour en Corée, je me sentais mieux par rapport à ça, mais de plus en plus de jeunes filles se font refaire la poitrine et même la plupart des coréennes à la beauté naturelle sont plus pulpeuses que moi, c’est dire. Mais Seo Ga Yeon ne semble pas accorder de différence à notre différence de bonnet. Même mieux : elle ne semble pas avoir un caractère de femme non plus, et je ne pense pas cela dans le sens négatif du terme. Je pense que je peux me laisser aller à mon caractère enfantin avec elle. Oui, je me sens déjà bien en sa compagnie et nous rions de bon cœur depuis tout à l’heure. Mamie sourit, je devine ses yeux pétillants derrière ses lunettes foncées. Elle est toujours contente quand je me fais des amies. Certes, à côté de Ga Yeon, je semble douce et timide, mais je suis également du genre à gesticuler partout. Je suis très cul-cul la praline, je saute partout et n’hésite pas à marcher en sautillant, mais Ga Yeon est plus énergique que moi. Je suis plus douce, mais je pense que justement, avec nos différences et nos ressemblances, on pourrait bien s’entendre. A cette pensée, je ne peux m’empêcher de sourire bêtement. Je trouve cette fille très attachante, c’est comme si je l’avais toujours connue, or nous nous sommes que saluées à l’époque et nous discutons depuis quelques minutes seulement.

Je la trouve encore plus attachante lorsqu’elle m’explique qu’elle vient souvent ici les soirs d’été pour parler avec les personnes âgées, elle les préfère aux jeunes. Elle se retourne ensuite vers ma grand-mère pour dire qu’elles se sont tout de suite très bien entendues, je ne peux m’empêcher de pouffer gentiment, le poing devant la bouche pendant deux secondes :


«  Ca, je veux bien croire ! »
Alors que notre discussion était plus calme, elle s’emballe à nouveau. Je sursaute, décidément mon petit cœur est trop sensible ! Elle me propose de venir m’aider à ameuter des clients, pourquoi pas ? Ca serait une bonne idée. Eun Mi ne pourra pas refuser. Elle m’avait souvent dit qu’être seule pour gérer la comm’ n’était pas évident mais que nous ne pouvions pas nous permettre d’engager une nouvelle employée, pour le moment. La boutique n’a ouvert que depuis deux semaines, il est normal que nous ne puissions pas avoir les moyens financiers d’engager quelque d’autre. Cependant, en faisant appel à Seo Ga Yeon, nous n’aurons probablement ce problème. Je pense que, tout ce qu’elle demande est de nous aider et de pouvoir manger des gâteaux gratuitement. Ca devrait pouvoir se faire.

 
Je lui souris alors, lui montrant, je l’espère, que le fait que j’ai sursauté n’avait aucun rapport avec elle, ou plutôt que je suis tolérante. Nous avons tous nos défauts, elle peut s’exclamer fortement quand elle s’exprime et je suis facilement saisie.


«  Ca serait une bonne idée. Je dois en parler à mon associée mais je pense que ça ne devrait pas être impossible. Le souci est que nous ne pourrons pas te payer, nous venons tout juste de commencer, acheter tout le matériel et débuter sa propre affaire demande un certain budget et nous devons absolument économiser. Ceci dit nous pouvons sûrement nous arranger pour te donner des sucreries en échange de ton aide… ! Sinon tu veux prendre une glace ? Et toi mamie ? J’ai envie de sucre à force de parler de pâtisserie… »


Dernière édition par Kang Mari le Jeu 21 Mai - 20:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité
MessageSujet: Re: Délicieuse retrouvailles   Sam 9 Mai - 0:22



 
Mari & Gayeon

Délicieuse retrouvailles



~la petite tenue~
  L'idée d'aider Mari et son associé dans leur début de petite affaire m' était venu subitement. Habituellement fainéante et me fichant pas mal du monde des autres, proposer ce genre de services était assez exceptionnel. Peut-être parce qu'il s'agissait de Mari, de l'enfance après tout. Peut-être parce qu'elle est la petite-filles d'ahjumma, mon amie, -parce que, oui, je considère ces petits vieux comme mes amis-. Ce qui était sûr, c'est que l'idée d'accoster les passants pour les faire rentrer dans la boutique me rendait d'avance toute excitée, je me voyais déjà au poste, j'étais la meilleure personne pour occupé cette place, je me devais de le faire. Mon exclamation montrait mes motivations, Mari répondit d'un sourire, je prenais ça pour une bonne chose. Elle n'avait pas l'air contre l'idée même si son calme naturel me laisser entendre des suspicions.

«  Ca serait une bonne idée. Je dois en parler à mon associée mais je pense que ça ne devrait pas être impossible. Le souci est que nous ne pourrons pas te payer, nous venons tout juste de commencer, acheter tout le matériel et débuter saPROPRE affaire demande un certain budget et nous devons absolument économiser. Ceci dit nous pouvons sûrement nous arranger pour te donner des sucreries en échange de ton aide… ! Sinon tu veux prendre une glace ? Et toi mamie ? J’ai envie de sucre à force de parler de pâtisserie… »
- ME PAYER ??? N'importe quoi ! Jamais je n'avais pensé à un potentiel salaire en me proposant pour ce qui n'était pour moi, pas même un poste. Je lui montrai mon étonnement face à ses précédente dires. Après une seconde qui me permettai de reprendre mes esprits, je repris d'un léger sourire : « mais je ne refuserais pas des pâtisseries héhé ». Mon œil s’attirait alors vers la grand-mère de Mari qui souriait aux éclats. Ça faisait plaisir à voir, on pouvait sentir qu'elle était bien là, avec nous. « Oui une glace ! Allons-y ! »
On se levai alors en direction du camion de glace, la queue avait diminuer mais il fallait tout de même attendre. Quand fut notre tour, je pris trois boules vanille fraise chocolat puis laissai place à Mari et sa grand-mère pour qu'elle fasse à leur tour leur commande.

- Ehh, Ahjummaaa ! Ne me regarde pas comme ça, il faut que je nourrisse mon intérieur !
Spoiler:
 
(c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas
Kang Mari
Nombre de messages : 314
Date d'inscription : 12/04/2015
Pseudo : Obaa-chan



avatar

MessageSujet: Re: Délicieuse retrouvailles   Dim 10 Mai - 12:59

Sortir dans la rue pour accoster des clients n’était pas une chose que j’avais imaginée au tout début de notre affaire. Eun Mi et moi avions convenu qu’il n’y avait rien de pire que de se faire harponner en pleine rue. Mais par la suite, j’y avais réfléchi, me disant que notre premier choix venait de notre traumatisme vécu à Paris. Les vendeurs ou les distributeurs de tracts qui vous coursent, non merci. Eun Mi arrivait toujours à nous en débarrasser mais ensuite, elle râlait tout l’après-midi. Elle avait alors promis qu’elle ne referait jamais la même chose à nos clients. Seulement, en voyant le peu de monde qu’il y a à la pâtisserie ou dans le salon de thé, nous en sommes venues à nous dire que nous pourrions faire comme à Séoul. Non pas du racolage irrespectueux, mais rester à la porte, sourire et, si un client est curieux, le renseigner sur notre marchandise ou, à la limite, distribuer des tracts, mais pour cela il faut être souriante et ne pas harceler les gens ou leur faire sentir qu’ils pourraient l’être, il serait judicieux de choisir quelqu’un pouvant sentir si le passant serait éventuellement ouvert à la discussion. S’il flâne ou s’il semble pressé par exemple. Nous en avons donc discuté la semaine dernière avec Eun Mi et, même si cela ne l’enchantait pas, elle reconnaissait qu’en y mettant l’art et la manière, il y avait moyen de ne pas brusquer les gens comme nous l’avions été à Paris. Cependant, même quand il n’y avait pas de clients à la boutique, je ne pouvais pas me permettre de rester dehors pendant que certaines fournées cuisaient. Alors finalement, les tracts imprimées par un ancien camarade de lycée étaient restées sur le comptoir. Engager quelqu’un aurait été l’idéal mais nous ne pouvions pas nous permettre d’engager un autre employé. Néanmoins, Seo Ga Yeon semble être la personne idéale pour remplir ces fonctions, surtout si elle ne veut pas être payée. Mais je ne veux pas l’exploiter, on décidera des horaires qui lui conviennent le mieux et elle me dira ce qu’elle veut manger en échange. Au moins, j’aurais peut-être une amie de plus. J’avais toujours imaginé que nous serions à deux derrière les fourneaux et en salle, mais Eun Mi est toujours sur la route pour voir des clients qui auraient besoin d’un gâteau de mariage, par exemple. Quelques fois, elle fait même du porte à porte. Elle n’aime pas déranger les autres, tout comme elle n’aimait pas se faire harponner en pleine rue ou chez elle, mais elle affirme que certains quartiers d’Incheon sont remplis de femmes qui ont du temps à tuer, qui habitent trop loin de notre pâtisserie que pour venir y manger, mais qui seraient ravies d’accueillir Eun Mi qui aurait sonné à leur porte et qui leur aurait présenté nos plus belles pièces pour leurs fêtes, et elle a du flair, apparemment ça fonctionne, je passe plus de temps à cuisiner pour les particuliers que pour des clients de passage. Je ne m’en plains pas, le bouche à oreilles finira par se faire de cette manière et, en plus, nos gâteaux de mariage ou d’événements se vendent bien et ce sont nos pièces les plus chères, mais malheureusement nous n’avons pas ce genre de commandes tous les jours. Gérer sa propre affaire est difficile, Eun Mi me manque, je me sens parfois seule mais elle fait toujours tout pour nous et notre commerce. Quand j’étais à Paris, nous n’habitions pas ensemble mais nous faisions nos études au même endroit et nous nous voyions tous les jours, que nous ayons cours ou pas et elle fût un véritable soutien. Je ne parlais pas beaucoup le Français à l’époque, c’était d’ailleurs mon idée de partir à Paris mais j’avais failli renoncer. Quand Eun Mi m’avait rejointe dans le projet, elle m’a dit :

«  Il y a pire que de ne pas réussir : ne pas essayer. »
Eun Mi a toujours été mon soutien, à moi de lui rendre la pareille. Et je crois que j’ai trouvé notre sauveuse. En plus, elle connaît les petites vieilles de tout Incheon visiblement, ça pourrait nous constituer une première clientèle. Je lui rends son sourire :

«  Entendu alors, passe à la boutique demain, nous discuterons des horaires qui te conviennent le mieux et tu me diras également ce que tu veux manger. »


Du coin de l’œil, je vois le sourire attendri de ma grand-mère. Depuis toujours, mais surtout depuis le suicide de mon père, elle a toujours tout fait pour rendre ma vie plus douce, me choyer et me voir heureuse, même quand je suis partie loin d’elle et du restant de notre famille pour faire mes études, et ma plus grande peur fût de la perdre alors que j’étais à des milliers de kilomètres. Je la sens heureuse pour moi, d’avoir mon commerce qui fonctionne tout de même pas trop mal pour une boutique récente et de me faire des amis, dont Seo Ga Yeon qu’elle semble apprécier et qui est la sœur de mon oppa.


Dans la file qui nous mène au camion de glaces, j’avoue être perdue, je ne sais pas quoi prendre. La dernière fois que j’avais fraise et chocolat, les parfums mélangés ne donnaient rien, c’était trop fort et j’avais eu envie de vomir alors là, j’opte pour un choix raisonnable : une boule menthe et une boule vanille, un parfum fort et un autre plus doux. Mamie prend une boule, elle n’a pas grand appétit d’habitude. Nous nous asseyons à nouveau. En la voyant si bien s’entendre avec Seo Ga Yeon, je me risque à poser une question – d’habitude je suis plus bavarde que ça, mais à côté de Ga Yeon, je deviens plus effacée, ce qui n’est pas un mal, je suis tout de même très à l’aise avec elle mais je décide de la laisser parler - :


«  Dis, comme tu t’entends bien avec les personnes âgées, tu sais si certaines habitent près de ma pâtisserie ? Je pourrais leur livrer des choses ou elles pourraient profiter du salon de thé pour celles qui savent encore se déplacer. »

hj : désolée mais j'ai écrit ça en 20 min, c'est pas terrible mais pas le temps de faire plus et d'organiser la mise en page...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité
MessageSujet: Re: Délicieuse retrouvailles   Jeu 14 Mai - 16:10



 
Mari & Gayeon

Délicieuse retrouvailles



~la petite tenue~
 
Glace à la main, je laissai désormais Mari et sa grand-mère choisir les parfums qu'elles souhaitaient. Quand on eut chacunes nos cornets, je m'empressai de sortir mon portefeuille pour payer.

- Je vous l'offre ! Fièrement, je levai le bras comme pour obtenir toute attention. Après une seconde de réflexion je baissai ce dernier, en pensant que mon acte était un peu... ridicule. Je souriais alors niaisement aux gens autour de moi, puis me concentrai de nouveau sur la vendeuse du camion de glace qui avait l'air amusé, elle aussi. Voilà qu'on repartit au cœur d'Incheon grand Park.

« pour celles qui savent encore se déplacer. » J'explosai de rire suite à ces mots. Kang Mari est définitivement trop mignonne ! Mais après tout elle n'avait pas tord, il y en a un bon paquet de petites vieilles ne sachant ce déplacer aisément. Et puis c'était une bonne idée de livrer aussi.
Tu sais, je ne connais pas pas d'anciens qui ne savent pas danser sur les derniers hits du moment, ahah. Mais c'est une bonne idée de livrer chez les gens, je suis sûr que ça en intéresserait plus d'un ».
Wow, je me transformai presque en associer, totalement imprévu. Finalement je la regardai d'un sourire niais :

«  Mais en fait... je ne sais pas du tout où est ta boutique, hehe... » Après quoi je continuai : « mais bien sûr ! J'en parlerai au gens autour de moi, sans problème ! Et puis j'en vois du monde quotidiennement au boulot je pourrais également faire la promo de la boutique. Tu verras même les plus grande idole poseront les fesses sur tes chaises ! »

En tant que backdanseuse, il est vrai que des personnes, j'en voyais filer tout les jours. Entre le staff des émissions, stylistes, maquilleurs et évidemment, danseur et idoles, nous pouvions remplir sa boutique en deux trois secondes. Mais bon... j'avais peut-être parler un peu trop vite. Après tout, je ne cause jamais avec les chanteurs, tout simplement parce que tu ne sait jamais si leur sourire et vrai ou pas. Nous avons eau travaillé énormément avec eux, en public ou non, je préfère rester avec mes amis les back-danseurs. Enfin, tout cela n'a rien avoir avec la boutique de Mari qui était pour le moment notre principal sujet de discutions. D'ailleurs, je voulais tant en savoir plus sur Mari, ce qu'elle était devenue avant même Paris, pendant et après aussi ! Mais pour cela on avait bien le temps, toute l'après-midi et même plus, chaque chose venait dans l'ordre...

«  Ça vous dit de continuer à marcher un petit peu en même temps de manger les glaces ? »
(c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas
Kang Mari
Nombre de messages : 314
Date d'inscription : 12/04/2015
Pseudo : Obaa-chan



avatar

MessageSujet: Re: Délicieuse retrouvailles   Jeu 21 Mai - 20:54

Une jolie salopette en jean, un t-shirt blanc, des lunettes de soleil à montures roses, une peau hâlée et les cheveux décolorés, Seo Ga Yeon est une jeune fille qui me semble sympathique, dotée d’une jolie simplicité. Je cerne facilement les gens, toute proportion gardée, et l’image que cette jeune femme, ma future collaboratrice si j’ai bien compris, me renvoie me plaît. Elle nous offre la glace avant même que je n’aie pu riposter. Elle est vraiment très gentille, exubérante certes, mais dans le bon sens du terme. J’écoute sa réponse tandis que nous nous baladons toutes les trois, glaces à la main. Ca peut sembler très bateau comme genre de pensée, mais je songe que c’est dans les choses simples qu’on trouve le bonheur des fois, bien que je ne sois pas contre une bonne séance shopping. Une belle amitié qui semble éclore, le vent légèrement tiède qui nous enveloppe, ma grand-mère à mes côtés, marchant dans ce parc où j’avais l’habitude de jouer quand j’étais petite…Tout cela me rend simplement heureuse. Les gens se demandent souvent comment atteindre le bonheur. J’aimerais leur dire une recette, mais je pense que j’ai simplement la vision des choses la plus simple qui soit : je dis à ma mère que je l’aime et la voir sourire me remplit d’un sentiment mignon. Je fais des gâteaux et je suis heureuse de créer de nouveaux designs et des saveurs qui n’appartiennent qu’à mon imagination mais que je peux faire partager aux autres,…J’aime bien écouter Seo Ga Yeon, sa vie m’intéresse, j’aime communiquer, même si ce n’est pas au point d’Eun Mi, je suis un peu plus timide qu’elle mais je l’envie d’un côté, les relations sociales sont ce qu’il y a de plus précieux et Eun Mi, contrairement à ce qu’elle pense – elle croit continuellement qu’elle embête les autres – est très aimée pour son côté ouvert.  Je ris en imaginant les petits vieux dont me parle Ga Yeon se dandiner sur Gangnam Style ou Gentleman de Psy ou la dernière chanson mignonne des Bestie. Je lui réponds ensuite, toujours en souriant :

«  Si ça te dit nous pouvons échanger nos numéros de téléphone et nos Facebook, je t’enverrai l’adresse exacte et le plan d’accès. Ah bon ? Même les plus grandes idoles ? Ca serait le rêve, tu fais quoi comme boulot ? »
Je suis peut-être trop gourmande mais ça serait merveilleux, je suis fan de K-Pop ! En plus j’imagine déjà les titres dans les journaux «  Le First Kiss, la pâtisserie frenchie préférée des idoles ! ». Ca en jetterait, je dois bien l’avouer. Je secoue la tête, je rêve vraiment trop là, si déjà nous pouvions connaître un petit succès, ça serait déjà énorme de pouvoir vivre de notre passion et d’avoir un peu de reconnaissance. Nous continuons notre balade et le parfum fort de la menthe me rafraîchit en douceur. Je me rappelle d’un des meilleurs glaciers de Paris quelques rues derrière les quais de Seine du côté de Notre-Dame. Je dois bien reconnaître que tout cela me manque. Je suis bien contente d’être rentrée, ma vie est en Corée du Sud, mais une part de moi est restée en France. Au début Eun Mi et moi étions stressées. Il est clair qu’habiter dans un pays aussi différent et éloigné du nôtre, devoir cohabiter avec des individus ne parlant pas notre langue et n’ayant pas la même vision des choses, mais nous nous sommes habituées et nous avons fini par apprendre le Français, langue bien difficile que nous redoutions justement pour cette raison, mais à force de devoir pratiquer, nous nous en sommes sorties. C’est une expérience qui fût certes difficile au début, mais je suis très loin de la regretter. Me rendant compte que la saveur mentholée m’a emmenée aussi loin dans mes pensées, je me reprends :

«  Pardon…J’étais dans la lune ! Tu disais ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité
MessageSujet: Re: Délicieuse retrouvailles   Jeu 28 Mai - 21:24



 
Mari & Gayeon

Délicieuse retrouvailles



~la petite tenue~
   «  Si ça te dit nous pouvons échanger nos numéros de téléphone et nos Facebook, je t’enverrai l’adresse exacte et le plan d’accès. Ah bon ? Même les plus grandes idoles ? Ca serait le rêve, tu fais quoi comme boulot ? » 
Je souriai à Mari tout en sortant mon téléphone portable.

- Oui ! Faisons ça ! Je m'empresse d'appuyer sur « nouveau contact » puis lui tends l'appareil. « En fait je suis danseuse, backdanseuse pour être exacte, du genre sur les plateaux d'émissions musicale, souvent pour les girlsband, je sais pas si tu t'intéresse à ce genre d'émission... ? » J'étais vraiment toute contente de parler à Mari de ce que je faisais, je ne voulais pas l'embêter avec mes histoires, mais j'aime parler de moi, c'est vrai, alors dans ces cas là il faut que je fasse attention à... disons ne pas trop déborder, ne pas trop en faire quoi. [color=#ffcc66] « J'aimerai bien devenir professeur dans le futur, quand les idoles m'énerveront définitivement haha.»  Après un soupir je reprends, les yeux au ciel, tout en souriant, « Ouais... ce serait le rêve » Je récupère alors mon portable et lui affirme par la même occasion que je lui enverrai un message pour qu'elle puisse m'enregistrer à son tour.

Après cela, on marche sans but, je propose aux filles de se promener dans le parc tout en savourant notre glace. Pas de réponse à part Ajhumma qui a seulement hoché la tête, mais je prends cela pour un oui. Nous partons alors toutes dans nos pensées, après avoir légèrement parlé de mes projets professionnels, je réfléchie au futur, à mes rêves. J'ai beau mangé, dormir danse, je ne peut m'empêcher de penser à cela à longueur de journée. La passion m'envahie et je suis complètement absente quand je me perds dans mes esprits. Mari me réveille d'ailleurs, alors qu'elle semble également se réveillé. Suite à cela je ricane, trouvant la situation assez drôle.
Je me met accidentellement de la glace sur le nez et ça fait rire Ajhumma qui semble bien se moquer. Je lui tire la langue et sautille devant les deux filles en prenant de l'avance sur la marche.
C'est alors que j'aperçois comme un cercle humain, un rassemblement. Je pointe du doigts ma trouvaille :
– Regardez ! On dirait qu'il se passe un truc ! On va voir? Sans attendre de réponse j'accours à l'endroit dit en prenant de l'avance sur mes deux compagnes. Je peux alors remarquer un petit spectacle qui se produit sous les yeux de nombreuses personnes ébahies. Me frayant un chemin dans ce cercle humain, je vois d'avantage lorsque je suis face à l'artiste : un magicien ! Toute contente je fais signe à Mari et sa grand-mère de venir, leur gardant la meilleure place !
Spoiler:
 
(c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas
Kang Mari
Nombre de messages : 314
Date d'inscription : 12/04/2015
Pseudo : Obaa-chan



avatar

MessageSujet: Re: Délicieuse retrouvailles   Sam 30 Mai - 14:55

J’ai toujours aimé les idoles. Je craquais sur les beaux garçons talentueux et rêvais de ressembler aux belles jeunes filles qu’on pouvait voir se déhancher de façon sexy sur les écrans. Le soir, avec ma grand-mère, ma mère et ma petite sœur, nous avions l’habitude de regarder la télévision en mangeant de bonnes choses et je rêvais secrètement de leur ressembler. Avec mon corps de cure-dent, je me répétais sans cesse qu’un jour j’aurais des formes. Je voulais devenir sexy, mais ça m’était impossible. Être une jeune fille mignonne qui fait craquer tous les hommes par sa candeur ? Je m’en rapprochais déjà davantage, mais sans être adorable à ce point. Je n’avais rien pour moi, c’est ce que ces idoles me reflétaient comme image de ma propre personne, mais je les ai beaucoup aimées car admirées, et l’admiration me donnait des ailes. «  Un jour je serai comme elle. » Même aujourd’hui. Alors, quand Ga Yeon me dit tandis que je pianote sur son portable pour lui donner mon Facebook et mon numéro de téléphone, me dit qu’elle est back-dancer, je ne peux contenir mon excitation, je suis fébrile :
 
«  Tu…Tu penses que tu pourrais m’avoir des autographes ? » Je lui rends rapidement le dit appareil, depuis mon séjour de trois ans à Paris, j’ai toujours peur que quelqu’un ne m’arrache mon téléphone, et de surcroit, dans le cas présent, ce n’est pas le mien, j’ai conscience que nous sommes en Corée du Sud. A Incheon, je ne crains rien, mais je ne suis tout de même pas complètement rassurée. Je tente de me contenir mais je craque. Je suis excitée comme une puce, je trépigne littéralement d’impatience, je sautille d’un pied à l’autre comme si je devais aller aux toilettes. Elle me confie également qu’elle en aura certainement bien vite assez du comportement de ces chanteurs, principalement des chanteuses, et qu’elle espère pouvoir devenir professeur quand la situation deviendra insupportable. Je comprends ce qu’elle veut dire, mais j’ai toujours refusé d’imaginer ce qu’il se passait derrière l’écran, pour moi le plus important était de rêver, je n’avais pas à gérer les conflits derrière les caméras.
 
«  Je me doute que ça ne doit pas être simple tous les jours…Mais au moins tu peux vivre de ta passion et toutes les stars ne sont pas exécrables, si ? » Je m’aventure sur le sujet avant de poursuivre :
 
«  Les idoles font attention à leur poids mais on livre partout alors…Bon Séoul risque d’être un peu loin mais ça serait avec plaisir si tu avais des intéressés, même chez les producteurs et les employés des différentes agences, émissions,…Plein de gens grouillent dans ce milieu, on pourrait facilement s’y faire des clients, tu ne crois pas ? »
Je prends une bonne inspiration avant de poursuivre :


«  Tu réaliseras tes rêves ! Ils sont faits pour être réalisés non ? Et je pense que tu as déjà fait le plus gros en devenant danseuse, te reconvertir en professeur après avoir été une grande danseuse, ça sera du gâteau ! »

L’air est frais et parfumé, nous marchons entre nouvelles copines avec ma grand-mère à nos côtés. Un sentiment d’apaisement m’emplit le cœur et me fait sourire niaisement malgré moi. Je sens les commissures de mes lèvres s’étirer d’un bout à l’autre de mon visage. Je suis une véritable imbécile heureuse, comme le disait une de mes amies restées à Paris. Je déglutis et plonge littéralement ma bouche dans la masse verte et nous déambulons, mes jambes sont légères et ma gorge se dénoue. Nous nous amusons comme des petites folles en traversant une foule de gens qui se sont étrangement agglutinés pour rejoindre Ga Yeon s’écriant qu’il y a un spectacle de magie. J’agrippe ma grand-mère par la main et nous nous faufilons pour tenter de mieux voir le spectacle.
 
Un homme exécute des tours de magie devant nos yeux ébahis. Tout le monde tape dans ses mains pour mettre de l’ambiance, nous aussi nous en faisons de même. Certains nuages se mettent à légèrement obscurcir le ciel mais ça m’est égal. Je suis contente. Je croque dans le cornet et de la glace gicle sur mes mains, mamie rit et me donne un mouchoir. Je m’essuie et profite pleinement du spectacle.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité
MessageSujet: Re: Délicieuse retrouvailles   Ven 5 Juin - 16:22



 
Mari & Gayeon

Délicieuse retrouvailles



~la petite tenue~ Sous ce trop beau soleil nous faisons la conversations tout en marchant et les idoles sont à l'honneur. Mari m'apprends qu'elle aime beaucoup ces personnes et me demande même si je pourrais lui obtenir un autographe. Chose qui m'étonne un peu contrairement à ce que j'aurais pu penser mais elle est vraiment trop mignonne lorsqu'elle me demande cette faveur. Je dessine un grand sourire et acquiesce immédiatement d'un hochement de tête.

- C'est pas horrible de travailler avec des idoles, et je ne les déteste pas, ils sont même généralement super sympas ! Mais tu sais... ils sourient peu être un peu trop, je veux dire... on pourrait presque croire que c'est faux et même si ça ne l'est pas, mais les voir avec leur sourire niais en te disant « bon travail » c'est agaçant...

ok, je suis sûrement en train de passer pour une éternelle insatisfaite face à ma nouvelle amie et elle doit être en train de se demander ce qu'elle fait là, avec moi. C'est pas déplaisant les sourires, il en faut, c'est vrai, mais je suis Seo Gayeon, faut pas comprendre.

- Évidemment qu'on se fera facilement des clients ! Crois moi !
C'est après cette cela que je découvre le petit spectacle amateur qui semble s'installer dans le centre du parc. Mari et sa grand-mère me rejoignent à petit pas, et nous restons toutes bouche bée face à ce show. On tape même dans nos mains en rythme et c'est ce genre de moment que l'on doit retenir. Ce genre de bonnes chose qui vous arrive mais que vous oubliez bien souvent en vous lamentant de votre petite vie. Cette après-midi retrouvailles je ne l’oublierais pas, et à l'instant où je regarde Ajhumma et sa petite-fille riant ouvrant grand les yeux pleine d'étoiles je me rends compte que la vie est vraiment simple mais bonne. Et c'est seulement au moment où je reçois un message m'obligeant de me rendre à Séoul que je me rends compte de tout ça,  les regardant faire, le sourire collé aux lèvres.

- Mari... je dois me rendre à Séoul avant demain matin, je vais devoir rentré pour me préparer... dis-je la voix pleins de regrets.
Dans le monde du spectacle rien n'est jamais vraiment prévu et bons nombres de fois sont arrivés où j'ai du me rendre par-ci, par-là sans le savoir en avance...

- Mais avant ça, je veux voir la fin de ce show !

Spoiler:
 
(c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas
Kang Mari
Nombre de messages : 314
Date d'inscription : 12/04/2015
Pseudo : Obaa-chan



avatar

MessageSujet: Re: Délicieuse retrouvailles   Dim 14 Juin - 13:13

Tandis que nous marchons en humant l’air frais et printanier, l’heure est aux confidences. Pour être honnête, je ne connais pas tellement Seo Ga Yeon. Je ne l’ai croisée que quelques fois parce qu’elle est la petite sœur de mon grand-frère de cœur, mais nous n’avions jamais eu l’occasion de bavarder davantage. La vie nous offre cette chance et j’ai bien l’impression que je pourrais aussi la considérer comme une sœur. Elle me parle de son travail comme si nous nous connaissions depuis toujours, en me disant que les idoles peuvent être très sympas, parfois même trop, à la limite de l’hypocrisie. Je la comprends, mais je me dis que les idoles font peut-être cela pour se préserver. Se cacher derrière un grand sourire peut servir à ne pas dévoiler ses énervements ou sa fatigue. Oui je cherche toujours une excuse aux idoles parce que je les admire, je ne suis pas objective, je sais. En tous cas, j’espère qu’elle pourra me dégoter un autographe. J’aime les girls band, aussi bien les vétéranes que les nouvelles car elles sont belles, bien plus que je ne le serai jamais. C’est pour ça que je suis toujours vierge, il ne faut pas chercher plus loin. Je tente de respirer à fond pour chasser cette idée de mon esprit. Nous sommes entre femmes, il n’y a pas de garçons autour de nous. Je lâche un petit soupir, ça me rassure. Je n’ai jamais aimé partir en voyage avec des garçons par exemple. Quand mes amies à Paris voulaient que nous fassions un trip en Espagne entre amis, dans une mixité parfaite dirons-nous, je n’étais pas à mon aise. Je n’avais pas peur d’être dépucelée, ça non, disons que les garçons n’ont pas le même corps que les filles et que même avec ces dernières, je suis assez pudique. C’est la vérité. Comment aurais-je pu avoir mes règles en dormant dans la même chambre que des individus qui ne sont pas de mon sexe ? Ca aurait été terrible, heureusement je suis toujours parvenue à me défiler. Bref je tente de profiter du spectacle de magie qui se déroule à présent devant nos yeux. Je trouve le magicien, malgré son maquillage, plutôt séduisant. Il est longiligne, sa silhouette, presque fantasmagorique, s’élance d’un bout à l’autre du cercle formé autour de lui par les passants et nous fait voyager dans son univers. Malgré cette légère chaleur printanière, on se croirait presque à Halloween. Je me laisse embarquer dans cette torpeur qui s’étire dans l’éternité et nos regards se croisent. Je pourrais presque tomber amoureuse d’un tel homme tant il est fascinant, mystérieux,…même si je suis plutôt du genre à me pâmer devant les princes charmants. Vous savez, le genre à débarquer sur leur cheval blanc en vous tendant une rose rouge. Les gens me disent que je suis naïve mais je suis persuadée que je finirai par trouver mon prince un jour. Et je lui ferai des cup-cakes roses et rouges, ou même de toutes les couleurs tiens ! Ca sera merveilleux et…

Je suis coupée dans ma torpeur par la voix de ma nouvelle amie qui m’annonce, la voix chargée de regrets, qu’elle ne pourra pas rester très longtemps et qu’elle partira une fois le show fini. Elle a, apparemment, un voyage important à faire à Séoul pour le travail demain. Mais je n’en oublie pas moins qu’il s’agit de ma goûteuse même si ça ne fait officiellement qu’une petite vingtaine de minutes. Quand elle m’a dit «  On aura bientôt des clients » je la sentais presque associée mais je n’ai pas eu peur, au contraire, je suis contente de l’avoir embarquée de l’aventure. Et maintenant que ma collègue m’annonce qu’elle va bientôt s’en aller, je me sens un peu triste, mais je ne pourrais dire pourquoi.

«  Ah…Je comprends ! Tu as mes coordonnées maintenant, n’hésite pas à m’écrire si tu as quand même un peu de temps à Séoul… » Je dois augmenter le volume de ma voix pour surpasser celle de  la foule qui crie et tape dans ses mains :

«  J’aimerais bien venir te voir danser un jour à Séoul. Tu danses pour qui pour le moment ? » Le magicien salue, c’était court mais c’est normal pour un spectacle de rue je suppose. Il passe avec son haut de forme pour que nous puissions lui déposer un peu de monnaie, ce que nous faisons. Les gens se dispersent à nouveau et vaquent à leurs occupations. Je remarque tristement que tout à une fin. Mais au moins j’ai passé de bons moments et j’ai de merveilleux souvenirs de cette journée qui s’avérait pourtant banale. Et puis ce sont dans les petits moments les plus insignifiants que nous pouvons être heureux, comme par exemple se balader entre amis. Eun Mi et moi adorions nous promener dans Paris les soirs de vacances de Printemps ou d’été. Malgré la fumée de cigarette de certains sorteurs irrespectueux et la pollution, les parcs divers et variés, les cafés,…tout cela nous redonnait du baume au cœur et du courage. Nous parlions de pâtisseries, de nos rêves, de nos projets en commun. Beaucoup de gens n’y croyaient pas, nous disant qu’un jour nous ne serons plus amies elle et moi, pourtant aujourd’hui nous avons notre propre boutique et je pense que nous devons beaucoup à ces belles nuits de balade entre amies pour la réalisation de ce projet. Nous marchons toutes les trois en direction du métro et nous nous séparons. Je raccompagne grand-mère chez elle mais ne reste pas longtemps. Je vais regarder la télé chez moi mais je sais que cette nuit, je n’aurai pas de difficulté pour trouver le sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité
MessageSujet: Re: Délicieuse retrouvailles   Jeu 18 Juin - 13:50



 
Mari & Gayeon

Délicieuse retrouvailles



~la petite tenue~
   Le magicien continu ses tours en faisant participer le public. En plus d’être très professionnel et de haut niveau, c’est hilarant. Il nous fait apparaître un oiseau qu’il laisse ensuite s’envoler dans le ciel du parc, il blague en jouant avec le public.  Les yeux pleins d’étoiles je profite de ce moment avant de devoir partir. Avec le métier de danseuse je suis toujours obligée de me déplacer sur la capitale, mais c’est un choix que j’ai fait pour être auprès de ma famille, et parce que je me sens bien ici, à Incheon. J’en subis donc les conséquences en passant ma vie sur la route. Mais ça me va.
– Bien sur ! Je t’envoie un message dès que je reviens et on se reverra avec pleins de pâtisserie ! dis-je pleins d’enthousiasme.  
Je m’approche de son oreille pour répondre à son autre question, histoire de ne pas crier à cause de la foule et des bruits que provoquent les applaudissement : «  en ce moment on fait la promo d’un groupe de fille mais après je pense me concentrer sur autre chose ».
Ce « autre chose » est en réalité en pleine construction, c’est un brouillon de toutes mes idées pour avancer professionellement, mais je lui garde ce détail pour nos prochaines conversations.
Finalement le spectacle prend fin, tout le monde applaudi, le parc d’incheon n’a jamais été aussi vivant, c’est beau à voir. Je sors mon porte feuille rapidement, l’artiste mérite vraiment quelque chose. Je me tourne vers Ajhumma en lui demandant si cela lui a plu. Elle semble sourire, c’est le principal. La foule se disperse et nous quittons également le cercle humain. Naturellement nous nous rendons vers la station de métro non loin du parc tout en écoutant Ajhumma qui ressent le besoin de parler –il est vrai qu’elle n’a pas vraiment bronché tout ce temps-. L’heure est au aurevoir, je salue les deux femmes tout en m’éloignant d’elles. Le sourire aux lèvres, des souvenirs en tête, je suis heureuse. J’ai revu Mari dans le parc de notre enfance. J’ai revu une belle pâtissière pleine de rêves.  Ce fut de délicieuses retrouvailles.

FIN



(c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Délicieuse retrouvailles   

Revenir en haut Aller en bas
 

Délicieuse retrouvailles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Arios et Chaos - les retrouvailles
» 2x03 - School Reunion (L'École des retrouvailles)
» Retrouvailles
» Retrouvailles familiales
» Retrouvailles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daily Incheon :: Hors jeu :: Topics (RP) archivés-