AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 nari&eunji — on the rocks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Go Eun Ji
Nombre de messages : 171
Date d'inscription : 15/04/2015
Age : 25
Pseudo : kana


Feuille de personnage
Carnet de notes:
Relations:

avatar

MessageSujet: nari&eunji — on the rocks   Lun 20 Avr - 13:58

Le soleil commençait à disparaître derrière les monts entourant la partie est de la ville, et depuis les fenêtres de la pièce Eun Ji pouvait observer les lumières des buildings s'allumer une à une. Dans son dos la radio hoquetait avec peine Like You Know It All de Lim Kim, s'interrompant de temps à autres pour récupérer le réseau sans doute volé par l'appartement voisin. La scène aurait pu être belle si elle n'était pas gâchée par le concert de klaxons qui se déroulait aux pieds de la résidence étudiante, auquel Eun Ji ne prêtait plus aucune attention, regard perdu par-delà les buildings de la ville portuaire. À Ulsan, le soleil se couchait moins rapidement - elle le savait pour avoir passé nombreuses soirées de son enfance à calculer le temps qu'il fallait à la nuit pour s'abattre complètement, puis à l'admirer. Elle avait toujours vécu loin du luxe, et avec du recul la vue extérieure depuis la fenêtre de sa chambre n'avait absolument rien d'exceptionnel à regarder. Et pourtant elle y avait toujours trouvé un réconfort qu'elle ne parvenait à récupérer ici.

Eun Ji était une personne qui n'accordait guère d'attachement sentimental à des lieux. Elle percevait la notion de chez-soi comme des gens, des moments pendant lesquels on se sentait complet ; et ce qu'importe sa location. Ainsi, emménager chez Na Ri l'avait certes dépaysée mais rien en cette ville ne lui faisait regretter sa décision de partir de chez elle. En quelques semaines à peine passées dans la belle Incheon, elle s'était fondée ses propres repères – la supérette du coin, la banque, les coins tranquilles auxquels elle pouvait rester des heures sans être dérangée. Elle passait statistiquement plus de temps hors de l'appartement qu'à l'intérieur – un coffee shop débordant de clients était plus tranquille qu'ici, quand sa nouvelle colocataire n'était pas en cours ou à l'extérieur. Ce soir était un de ces moments privilégiés de tranquillité : Na Ri était partie en cours, ou peut-être sortie avec des amis – la rouquine avait fait des recherches en ligne toutes la nuit et elle s'était sûrement endormie avant que l'ainée ne parte.

Car les semaines depuis le commencement de leur cohabitation n'avaient pas été de tout repos. Eun Ji n'était sûrement pas la plus agréable des colocataires, elle le concédait, mais au moins Na Ri n'était-elle pas celle qui devait refaire son lit à cinq heures du matin après l'avoir trouvé rempli de miettes de chips. Dieu soit loué, la colocation n'était que temporaire et la rouquine partirait sitôt un appartement (et l'argent qui allait avec) trouvé. Et une fois cet objectif atteint, elle pourrait se remettre à son vrai but en arrivant dans la ville : trouver sa sœur.
C'était à se demander, alors, pourquoi Eun Ji avait-elle accepté de retrouver Na Ri à un bar ce soir-là. Le moins de temps elles passaient l'une avec l'autre et le mieux chacune se portait mais, pour une quelconque raison (Eun Ji soupçonnait que l'aînée aie peur de se retrouver toute seule) elles avaient conclu de se retrouver ce soir-là à un bar à deux minutes de la résidence, après que Na Ri soit revenue de ses cours, ou de sa sortie, ou quelque endroit que ce soit où elle avait disparu toute la journée.

L'heure convenue était dépassée de cinq minutes lorsque finalement, l'ex-détenue se pointa au dit bar, repérant aisément sa colocataire assise près du comptoir – il suffisait de chercher la jolie fille qui tirait la gueule et vous étiez à peu près sûr qu'il s'agissait de Na Ri. Au moins, sur ce point-là les deux jeunes femmes se ressemblaient. Eun Ji s'avança à son tour et sauta sur le premier siège qu'elle trouva à côté de sa coloc, puis elle la salua d'un sobre :

« Déjà commandé ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité
MessageSujet: Re: nari&eunji — on the rocks   Jeu 23 Avr - 13:44

On the rocks
Eun Ji & Na Ri

Les jambes et bras croisées sur sa chaise d'étudiante, Na Ri écoutait son professeur d'éco raconter les péripéties de sa vie. Encore. Le peu de fois où la jeune femme se rendait à ce cour, c'était pour entendre les mauvaises nouvelles et les plaintes de cet homme qui n'avait même pas les qualités pour enseigner. Quel gâchis pensait Na Ri. Elle aurait bien évidemment sécher ce cours comme à son habitude si le problème n'était pas là. Le problème ? Go Eun Ji, la nouvelle et première colocataire de la jeune étudiante. Si Na Ri n'est pas facile à vivre à cause de son odieux caractère, Eun Ji ne l'était pas plus. On se demande alors comment les deux auraient pu se retrouver là, à devoir partager une habitation qui faisait à peine une pièce, n'est-ce pas ? En toute simplicité, Eun Ji avait besoin d'un toit et Na Ri de services. C'est tout ce que nous retiendrons. Préciser que la cohabitation n'était pas des plus tranquille serait inutile. La brunette était cette fois-ci tombée sur aussi fort qu'elle. Les deux étaient au même niveau et le caractère de chacune rendait une atmosphère aussi électrique que chaotique. Quand l'une râlait l'autre offenser, attaquer. L'appartement était soit plonger dans un total silence -chacune restant à ses activités/ évitant l'autre- ou dans un champs de bataille. La jeune femme grincheuse, flemmarde et fière qu'était Eun Ji ressortait par les yeux de Na Ri qui se voyait quelques fois en elle. Le fait de ne pas être supérieure, de ne pas pouvoir commander les fait et geste de sa colocataire la rendait folle, cela l’irrité. Et pourtant, cette dernière avait pris l'initiative de faire un pas vers cette jolie fille qu'était à présent celle avait qui elle devait tout partager -enfin presque-.
Parce qu'elle sentait l'envie de sortir dans un endroit bruyant, parce qu'elle était seule et qu'elle voulait mieux cerner cette nouvelle arrivante, Na Ri avait donner rendez-vous à Eun Ji dans un bar histoire de boire un verre et tuer le temps.

Étant arrivée dix minutes trop tôt que l'heure prévue, le temps commençait à ce faire long pour la jeune femme qui attendait désespéramment seule, assise face au comptoir du bar. Un homme lui avait proposé de lui payer à boire. Elle devait sûrement lui faire pitié parce qu'elle était là, sans rien entre les mains, juste à rouler ses cheveux entre ses fins doigts, à regarder et écouter sans discrétion les conversations d'autres couples, tout en lâchant des regards noirs par ci, par là. Lui, eut le droit à un sourire. Faux, bien évidemment. Mais pour une fille qui ne roulait pas sur l'or et qui avait besoin de s'occuper, rien ne pouvait mieux tomber qu'un bon verre d'alcool pour attendre sa colocataire. En un clin d'oeuil, voilà qu'elle avait obtenu une boisson et... un idiot qui n'avait pas prévu de la lâcher. Évidemment, les choses ne pouvait pas être si simple. Cela aurait été trop beau pour la Coréenne. Seulement, elle n'allait pas rester ainsi, à rien faire. Comme à son habitude, il ne lui suffisait que d'un seul mot pour faire fuir celui qui la dérangeait. Seul un « dégage » dit d'un ton dur et ferme, avait été nécessaire pour que le jeune homme déserte. C'est après quelques jurons adressé à Na Ri qu'il quitta la table, n'en revenant pas de s'être fait si durement jeter.   Oui, il n'avait fallu à la jeune femme qu'un mot et un regard qui en disait long pour que ce jeune homme fasse demi-tour. L'étudiante se sentait alors satisfaite, elle avait obtenue une boisson gratuitement et aurait à présent quelque chose à faire de ses mains.
Bien que de nature patiente, l'attente commencer à la peser. Durant une seconde l'idée lui vint de partir, ainsi, sans prévenir personne. Poser un lapin à sa cher colocataire semblait être un bon plan. Elle réfléchissait, étais-ce bénéfique pour elle-même ? Après tout elle était celle qui avait demander à Eun Ji de la rejoindre...  Pourtant, voilà qu'elle était commençait à se lever, prête à partir, se fichant complètement de la situation dans laquelle sa colocataire aller se retrouver. C'est alors qu'Eun Ji fit apparition. Na Ri se rassit alors, faisant mine de ne pas avoir aperçu la retardataire. Elle l'étudiait cependant, de haut en bas, profitant qu'elle soit encore loin.  Si élégante et ayant sûr d'elle, cette Eun Ji dégageait une certaine classe au yeux de Na Ri. Pas étonnant qu'elle la voyait comme une rivale. Si s'en prendre au plus faible était dans ses habitudes, s'attaquer aux plus fort pouvait l'être aussi. Pour la jeune femme s'en était même plus attractif. Dès la première soirée de leur colocation Na Ri avait pu le remarquer, le fort caractère de la jeune femme venant d'Ulsan. C'était devenue une proie intéressante bien que risquée. C'est d'ailleurs ce caractère peut-être semblable en quelque point avec le sien qui l'avait poussé à recommencer ses méchancetés ressemblant à de mauvaises blagues de bizutages. Go Eun Ji avait beau être le pire cauchemar de Na Ri ces derniers temps, elle était également celle qui avait fait revivre la jeune femme. En quelques jours sa vie avait repris un grand booste. Rien n'était plus facile que de pousser à boue une personne étant si proche. Raison de plus : il s’agissait initialement de l'appartement de Na Ri, tout était permis pour elle. Attaquer l'avais bien manqué, elle avait pu le remarquer grâce à l'arrivée de cette Eun Ji. C'est pourquoi cette jeune femme pouvait être considéré tant comme bien que comme mal pour l'étudiante en art.  
La jolie rousse pris place à côté de Na Ri, en lui demandant si cette dernière avait déjà commander. L'étudiante repoussa discrètement son verre à moitié fini vers sa gauche avant de renchérir : « non je t'attendais pour que tu me le paie, tu me dois bien ça non ? Pour toute les fois où tu as vidé mon frigo. »
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.


Dernière édition par Son Na Ri le Lun 8 Juin - 19:42, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Go Eun Ji
Nombre de messages : 171
Date d'inscription : 15/04/2015
Age : 25
Pseudo : kana


Feuille de personnage
Carnet de notes:
Relations:

avatar

MessageSujet: Re: nari&eunji — on the rocks   Dim 26 Avr - 14:26

Elle ne savait pas à quoi s'attendre en emménageant à Incheon, et c'était peut-être justement parce qu'elle ne s'attendait à rien qu'elle avait fini en collocation avec Na Ri. L'organisation ne faisait pas bon ménage avec son impulsivité et elle n'avait pas prévu de logements à plus ou moins long terme sur place – elle ne savait même pas combien de temps elle resterait sur place, si elle retournerait à Ulsan ou non. La jeune femme s'était donc rapidement retrouvée confrontée à son manque d'organisation et, avec assez d'argent dans son sac pour plusieurs nuits d'hôtel, il lui fallut rapidement trouver une alternative moins chère et plus durable (en ignorant qu'elle aurait sûrement pu se payer une nuit ou deux de plus, si elle n'avait pas abusé du mini-bar et du room service) et la jeune étudiante qui cherchait à couper son loyer en deux s'était avérée son alternative la plus viable. Dommage que l'étudiante en question soit aussi bornée et prompte au sarcasme qu'elle-même l'était. Mais, elle devait le reconnaître, si Na Ri était source d'irritation quand la jeune femme était fatiguée ou au plus bas, elle était également sa seule distraction dans la monotonie de sa vie présente. C'était tragique, mais retrouver du kimchi dans son bol de céréales égayait presque ses journées conclues sur des rejets de CV.

Aujourd'hui, elle avait plutôt peur qu'une entrevue avec sa récente colocataire ne la mette de mauvais poil – le simple fait que cette dernière lui propose de passer du temps ensemble l'interpellait et, pour le peu qu'elle connaissait Na Ri, ne lui faisait penser à rien de bon. C'était presque à reculons qu'Eun Ji avait éteint la radio et quitté la chambre d'étudiants pour marcher d'une allure traînante jusqu'au bar. Le retard ne l'inquiétait pas, pour changer – elle aimait se faire désirer et, quoi que ce soit dont Na Ri souhaitait discuter avec elle, elle s'imaginait que ça n'était pas à la minute près. Lorsqu'enfin elle retrouva la jeune étudiante, croisant son regard exaspéré (qu'elle attribua à son sale caractère plutôt qu'à son retard à elle), elle la salua d'un simple coup de tête et d'une question. Pas de ça a été, ta journée ? ou de désolée du retard, j'ai failli me faire renverser par un avion.

« non je t'attendais pour que tu me le paie, tu me dois bien ça non ? Pour toute les fois où tu as vidé mon frigo. »

Eun Ji était le genre de personnes avec lesquelles on plaisantait rarement, et auxquelles on ne se frottait jamais, parce qu'on sentait qu'elle n'avait pas peur de le rendre au centuple ou simplement qu'on ne trouvait aucune utilité à s'attaquer à quelqu'un qui n'en avait à proprement parler rien à faire. Na Ri, elle, avait pourtant l'audace d'essayer de la titiller en permanence et de persévérer même quand sa vis-à-vis n'y était pas réceptive. Et quelque part, cette détermination amusait et intéressait l'ex-détenue qui, bien qu'elle ne lui retourne qu'une passivité agaçante, accordait toujours plus d'intérêt à cette jeune femme qui jusque-là n'était rien d'autre qu'une personne qui la logeait en échange d'une partie de loyer.

« Ah, oui, fit-elle, feignant l'intérêt quoique son air pince-sans-rire ne laisse grand doute quant à la signification de sa phrase. Je voudrais pas liquider tout l'argent que tu économises pour les paquets de chips vidés dans mon lit. »

Malgré tout, et à sa propre surprise, elle sortit de l'argent de son sac et paya pour leurs deux boissons. « Un adios motherfucker », avait-elle réclamé faisant fi du regard surpris de la barmaid. C'était beaucoup d'alcool pour une heure si précoce de la soirée, mais le plus tôt Eun Ji serait éméchée, le mieux elle supporterait sa camarade. Elle laissa cette dernière choisir et le silence retomba un instant, pendant lequel la rouquine fixait intensément la barmaid préparer son cocktail bleu ciel. « Un paquet est arrivé pour toi aujourd'hui », l'informa-t-elle finalement, sans décrocher son regard des mains habiles de l'employée. « Le mec a demandé ta signature, j'ai voulu le faire à ta place mais j'avais beau lui soutenir qu'on était coloc, il tenait absolument à ce que tu récupères le paquet. Il a dit qu'il repasserait demain. » Elle omit volontairement le passage où elle lui avait lancé de se mettre le paquet ailleurs, si ça ne rentrait pas dans la boîte aux lettres. Ledit colis était vraisemblablement déjà reparti à l'aéroport. « Tu étais où, d'ailleurs ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité
MessageSujet: Re: nari&eunji — on the rocks   Jeu 7 Mai - 19:38

On the rocks
Eun Ji & Na Ri

Si les méchancetés de Na Ri pouvait paraître comme étant des gamineries, des bêtises d'ado enragé, cela lui était bien égal. Si mettre des miettes dans les draps de sa colocataire, échanger son gel douche avec un autre liquide ou trafiquer sa nourriture pouvait s'avérer comme étant des absurdités de gamin, la jeune brunette en avait conscience. Cela ne la faisait pas énormément rire ou autre, mais c'était surtout un défouloir et le meilleur moyen de montrer à cette certaine Eun Ji qu'elle n'était pas la bienvenue sous le toit de l'étudiante qui vivait jusqu'à lors, paisiblement.
Alors que cette dernière faisait son entrée dans le bar plongé dans l’obscurité, Na Ri se sentait déjà irritée. L'allure si sûre et certaine que dégageait Eun Ji aux yeux de la brunette l’agaçait tellement. Na Ri avait utilisé l’ironie pour répondre à la simple question de la jolie rousse lors de son arrivée. Pas tellement son truc habituellement, la rigolade mais cette phrase reprochant à Eun Ji de vider le frigo de l'étudiante était sorti d'un étrange naturel. Seulement voilà que la jeune Ulsanaise renvoya la balle en attaquant : « Ah, oui, Je voudrais pas liquider tout l'argent que tu économises pour les paquets de chips vidés dans mon lit. » Et voilà qu'elle avait trouvé pile les mots pour énerver Na Ri. C'est pourquoi Eun Ji était une fille intéressante pour la jeune étudiante. Elle ne se laissait pas faire, elle savait quoi répondre.  Toujours assise sur le haut tabouret du comptoir et accoudée, la brunette lâchait un léger rire qui pouvait se traduire comme « bien joué ». Ce petit sourire ne dura pas plus d'une seconde, voilà qu'elle reprenait son air si sérieux et effrayant. C'est alors que vint le temps des commandes.  Eun Ji commençait fort en commandant un cocktail plutôt alcoolisé. Na Ri, elle, s'était contenté d'un whisky qu'était soit dit en passant sa boisson préféré. L'Ulsannaise paya, se qui laissait paraître une satisfaction de la part de l'étudiante. Assises, avec une boisson chacune en main, elle pouvaient enfin commencer leur conversation. Sûrement la première vrai conversation depuis leur rencontre. Les dialogues ne se résumaient en général qu'à de courts mots par-ci, par-là. En fait, aucune des deux ne connaissait réellement l'autre et surtout pas en ce qui concerne leur histoire. « bon... » soufflai Na Ri. Parler ce n'était pas tellement son fort, encore moins quand il s'agissait de le faire avec un interlocuteur qu'elle ne supportait pas. Eun Ji semblait cependant prendre les reines : « Un paquet est arrivé pour toi aujourd'hui » D'une vivacité, la jeune femme tourna la tête vers sa colocataire. Son colis. Elle l'avait tant attendu ces derniers jours, le fait de savoir qu'il lui avait échappé des mains la mécontenter assez. « t'aurais pu te faire passer pour moi, évidemment qu'il allait pas te laisser signer à ma place ». Après quoi, elle reprenait d'un air agacé : « par ci par là. » « comme si cela l'intéressait » pensait Na Ri. Elle n'avait pas envie de répondre qu'elle était à la fac, elle n'en voyait pas non plus l'intérêt. Ainsi, les deux jeunes femmes restaient là, dans un silence. Ce n'était pas le genre de silence plein de gêne, non, il s'agissait ici d'un silence... habituel. Cependant, elles n'allaient pas restés toute la soirée dans le calme. L'étudiante n'eut pas le choix de faire un effort : « sinon... pourquoi t'es venu à Incheon ? Une fille qui n'a pas de travail et qui débarque comme ça, t'as bien une raison, non? » Officiellement, Na Ri est bien trop égocentrique pour demander une telle chose. Après tout, qu'est-ce que ça lui faisait ? Cette fille était là et voilà tout. Seulement Eun Ji avait comme quelque chose de mystérieux. Le petit truc qui rendait la brunette bien trop curieuse. Et puis de ce qu'elle avait pu voir, Eun Ji n'est pas un bout de fille fragile, elle s'entait en sa colocataire une vrai femme forte et pleine d'ambitions. Après tout on ne vient pas sur un coup de tête, sans rien n'avoir prévu dans une nouvelle ville. Ce qui était sûr c'est qu'Eun Ji n'avait pas l'air d'avoir peur de l'aventure et ça, cela plaisait à Na Ri qui, bizarrement, commençait à se sentir concerner par ce qui entoure la jeune femme.
✻✻✻
Spoiler:
 
CODES © LITTLE WOLF.
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Go Eun Ji
Nombre de messages : 171
Date d'inscription : 15/04/2015
Age : 25
Pseudo : kana


Feuille de personnage
Carnet de notes:
Relations:

avatar

MessageSujet: Re: nari&eunji — on the rocks   Sam 9 Mai - 22:03

La cohabitation entre les deux jeunes femmes pouvait se résumer à la relation entre deux collègues de boîte bossant à différent niveaux : il leur arrivait de se croiser, de brièvement se saluer, d'échanger deux-trois informations que l'une ou l'autre n'écoutait que d'une oreille. Pas de conversations profondes ou de complicité quelconque, leur colocation se résumait à un service rendu pour chaque parti et au fond, sans que Eun Ji ne soit particulièrement ravie de côtoyer le rayon de soleil qu'était Na Ri, au moins ne subissait-elle pas une hyperactive qui ramenait son copain trois nuits par semaines et laissait les produits frais hors du frigidaire ou une paranoïaque qui fouillerait sa chambre et installerait des loquets sur la porte de la sienne. À une mesure toute relative, Eun Ji trouvait un certain confort à la vie en compagnie de la jeune femme et exceptées les miettes dans les draps ou la moutarde dans le tube de shampooing, elle n'avait pas lieu de se plaindre. Du moins, elle n'avait eu aucune objection...jusqu'à ce que son hôtesse lui propose de sortir à un bar. Là, elle aurait fort protesté si la demande n'avait pas plus sonné comme un ordre que comme une suggestion.

« t'aurais pu te faire passer pour moi, évidemment qu'il allait pas te laisser signer à ma place ».

Nous y voilà, pensa-t-elle en regardant arriver son liquide bleu fluo et en se pressant d'en boire la première gorgée, maxillaires comprimées. Elle laissa la liqueur brûler ses papilles et noyer son amertume. Les quelques discussions qu'elles entretenaient se résumaient à des confrontations mais qu'elle daigne l'avouer ou non ce n'était pas pour déplaire à la Coréenne – il était rare pour elle de faire face à quelqu'un d'aussi entêté et de mauvaise foi qu'elle l'était. Or sans connaître Na Ri ou être capable de la cerner à proprement parler, elle savait qu'elle avait affaire à quelqu'un qui voulait autant le dernier mot qu'elle-même y tenait, pas la peine d'avoir vécu trois ans ensemble pour le comprendre et la réponse de la jeune femme à sa seconde demande ne fit que confirmer un peu plus cette idée. Par ci par là. Un sourire en coin étira sa bouche et elle l'effaça avec une nouvelle gorgée de son breuvage.

« sinon... pourquoi t'es venu à Incheon ? Une fille qui n'a pas de travail et qui débarque comme ça, t'as bien une raison, non? »

Sourcil arqué, regard en coin. C'était la première fois que Na Ri lui posait une question autre que qu'est ce que t'as foutu du panier de lessive et Eun Ji fut tentée de lui en faire la remarque – ce dont elle s'abstint, optant plutôt pour un regard amusé qui en disait suffisamment long. Pourquoi cette soudaine curiosité ? Si cette question avait du importer à un moment, ç'aurait été au tout départ, afin que Na Ri soit sûre de ne pas loger une meurtrière en fuite. Elle ne pensait franchement pas que la réponse lui importait, non plus, mais la brune avait la patience de l'héberger, elle lui devait bien de se présenter, tout de même, un minimum. Quelques gorgées supplémentaires et elle trouva autre chose à lui répondre que le oh tu sais, je me balade par ci par là originellement prévu.

« Je cherche quelqu'un, lâcha la rouquine en grattant le sucre givré au sommet de son verre à cocktail du bout du doigt. Ma sœur, en fait. »

Ses mots restèrent en suspens. Elle n'avait aucune idée de comment exprimer ce qu'elle faisait dans cette ville, sans fric, sans boulot, sans que ça sonne comme un mauvais drama ou un chick flick sirupeux. « On ne se connaît pas, du tout. D'où ma présence ici, j'aimerais la rencontrer. » Nouvelle gorgée – elle commençait à sentir les premiers effets de chaleur et de détente qu'apportait la liqueur et elle s'enfonça un peu plus dans son siège, poussant un long soupir comme si prononcer tant de syllabes en une fois face à sa colocataire avait constitué un effort écrasant. L'alcool n'avait pas encore délié sa langue et elle estima en avoir assez dit – jamais n'avait-elle autant parlé face à l'aînée, si bien qu'elle eut peur d'avoir donné trop d'informations à absorber en une fois. Le peu de connaissances qu'elle avait ici lui permettaient rarement de se lancer dans de grandes conversations et la dernière fois qu'elle avait tenté semblait remonter à si longtemps qu'elle ne se souvenait même plus du mode d'emploi. Sa langue était lourde sur son palais et elle se demandait si elle le devait à sa solitude extrême ou à son verre à moitié vide. Peut-être un peu des deux.

« Ma question était sincère, reprit-elle, se référant à sa question quant aux activités diurnes de sa camarade. Qu'est-ce que tu étudies ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité
MessageSujet: Re: nari&eunji — on the rocks   Mar 12 Mai - 14:10

On the rocks
Eun Ji & Na Ri

Tête baissé sur sa boisson, Na Ri conversait plus ou moins avec Go Eun Ji, ou celle qui était à présent (l'heureuse) personne avec qui elle devait désormais passer la plupart du temps. La jeune brunette devenait de plus en plus curieuse au sujet de cette personne. Après tout elle avait débarqué sous son toit, cette fille encore inconnue à ses yeux malgré le mois passé à cohabiter. Au bout d'un moment, il était normal que l'une sur les deux se pose des questions sur sa voisine de chambre, n'est-ce-pas ? Voilà pourquoi elle avait clairement demander des infos sur cette jeune femme venu d'un endroit que Na Ri ignorait. Et puis, elle s'en fichait pas mal des détails, ce qui l'intéressait, elle, c'était le gros de l'histoire, ce qui a déclencher le fait qu'aujourd'hui, elle devait diviser par deux et partager sa pauvre chambre universitaire doté d'originellement un lit, un placard et un bureau. Si partager une cuisine commune avec tout le bâtiment ne fut pas simple pour la jeune étudiante, partager sa chambre, son petit espace vitale, l'était moins. Enfin, ce pas en avant, geste ou question-appeler cela comme il vous convient- de la part de Na Ri semblait intriguer la jeune rouquine qui affichait un regard amusé. L'Incheonaise ne vit cependant pas ce détail, bien trop occupée à faire tourner les glaçons de son verre en le remuant. C'est alors que sa colocataire sortait du silence :  Je cherche quelqu'un, ma sœur en fait. »  Voilà qui était clair, précis et direct, comme l'aimer Na Ri . Elle tourna la tête vers son interlocutrice, intriguée plus que jamais. Aucun mot ne s'échappait cependant de ses lèvres, voulant en savoir plus, elle trouvait préférable de laisser Eun Ji continuer, tant qu'elle était dans sa lancée. Son regard ne lâchait pas le visage de sa colocataire, étant de profil, en tain de faire on-ne-sait-quoi avec son cocktail bleu. C'était sûrement la première fois qu'elle regardait sa voisine d'aussi près. Chaque trait, détail de sa figure s'avérait parfait. Eun Ji était une très jolie femme et même Na Ri pouvait devenir envieuse d'elle. Enfin... presque, parce que Na Ri ne peut jalouser quelqu'un  mais ça, c'est autre chose. « On ne se connaît pas, du tout. D'où ma présence ici, j'aimerais la rencontrer. » Une histoire tout droit sorti d'un drama n'est-ce-pas ? C'est ce que pensais l'étudiante. Elle avait beau se contreficher de la vie d'autrui, vouloir être toujours la première et avoir un cœur en pierre, la famille reste toujours un sujet sensible et important. Si elle n'avait pas grandi dans un foyer des plus joyeux, elle n'était pas la seule, et ça, elle le savait à présent. Seulement se retrouver en face de quelqu'un pouvant comprendre ce manque d'amour familial était quelque chose de que la jeune femme ne refusait pas. Elle qui avait du finir de grandir chez son oncle à cause d'un père violent et une mère absente, elle ne pouvait que se sentir concerner et intriguer sur le sujet. Certes, il ne s'agissait ici d'aucunement le même cas, mais cela n'empêcher pas Na Ri de repenser à sa famille et à ces durs moment passés autrefois, toutes ces fois où elle entendait son père se défouler sur son frère aîné et toutes les fois où ce dernier cassait les jouer de sa jeune cadette. En entendant le simple mot 'sœur' la jeune femme se retrouva en cette Eun Ji dont elle ne connaissais pourtant rien. C'est pourquoi elle devenait sage et écouter avec attention son interlocutrice. Non, elle ne regretterait pas ces méchancetés, ces paroles désagréables. Et elle ne les cesseraient pas. Elle pouvait cependant être plus à l'écoute après ce qu'elle venait d'apprendre. « Hum » est le mot que la jeune femme trouva à répondre. Non elle ne s'en fichait pas, et même si ça en avait tout l'air, pour une question d'image ; intérieurement, la brunette se préoccupait pas mal de la situation d'Eun Ji. Comment s'était t-elle prise ? L'avait-elle découvert d'elle même ? C'est ce qu'elle se demandait à présent. Elle en oublia presque la suite des dires d'Eun Ji.

Hein ? Euh, la mode. Temps de réaction... -Mais... pourquoi tu me demandes ça on parlait pas du tout de ça ! La jeune femme fronça les sourcils, toujours plongé dans l'histoire d'Eun Ji.

- Et qu'est-ce que tu en sait que tu as une sœur si tu la connais pas ? T'es adopté ? Combien y a t'il de GO dans ce pays ? Des tonnes.

Na Ri et la finesse des mots... vous savez...
Elle porta son vert à ses lèvres, en savourant délicatement le liquide. Les yeux floues, fixés droit devant.

Spoiler:
 
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.


Dernière édition par Son Na Ri le Jeu 4 Juin - 13:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Go Eun Ji
Nombre de messages : 171
Date d'inscription : 15/04/2015
Age : 25
Pseudo : kana


Feuille de personnage
Carnet de notes:
Relations:

avatar

MessageSujet: Re: nari&eunji — on the rocks   Jeu 28 Mai - 17:16

Les questions de la part de Na Ri étaient rarissimes, tout autant que l'étaient les tentatives de conversations, d'ailleurs. Peut-être la Coréenne n'était-elle pas aussi silencieuse que Eun Ji se l'était imaginée mais elle avait en tout cas été accoutumée à son indifférence et elle ne savait pas vraiment quoi penser du soudain changement. Comment fallait-il prendre ce nouvel intérêt envers sa vie ? Était-ce la raison pour laquelle elle l'avait invitée à ce bar, et sinon que comptait-elle lui demander une fois qu'Eun Ji aurait répondu à ses questions ? Une brève pause témoigna de l'hésitation qu'elle conservait, et se termina sur un soupir résigné. Au diable la méfiance, qu'aurait-elle à faire de ces informations de toute façon ? La rouquine lui révéla donc la raison de son emménagement à Incheon : sa sœur, le fait qu'elle n'avait appris son existence que récemment, et qu'elle voulait la rencontrer.
Et c'était tout – elle n'estima pas nécessaire de s'épandre en détails et espéra que ces informations suffiraient à sa colocataire. Mais non. Bien évidemment que non.

Hein ? Euh, la mode. Mais... pourquoi tu me demandes ça on parlait pas du tout de ça !

L'ex détenue soupira bruyamment par le nez, portant derechef le verre à ses lèvres avec une vigueur nouvelle. Tentative de diversion échouée. Eun Ji avait suffisamment été confrontée à la détermination de la jeune étudiante pour s'en douter mais elle avait naïvement pensé que l'histoire familiale d'une nuisance Uslannaise ne piquerait pas son intérêt et qu'elle se laisserait tenter par un sujet qui portait plus vers elle. Comme pour souligner son envie d'en savoir plus, Na Ri repartit sur une flopée de questions et à cet instant, la plus jeune se sut damnée.

- Et qu'est-ce que tu en sait que tu as une sœur si tu la connais pas ? T'es adopté ? Combien y a t'il de GO dans ce pays ? Des tonnes.

Théoriquement, quel intérêt aurait-elle à répondre à toutes ces questions ? Elle n'avait aucun besoin de pleurer sur l'épaule de quelqu'un, d'autant qu'elle n'était pas la plus à plaindre dans la situation présente. Elle ne voulait pas qu'on la conforte dans son choix – c'était trop tard pour reculer. Si elle avait besoin d'aide, Na Ri aurait probablement été la dernière personne à vouloir l'aider, ou à être capable de le faire. Alors, quoi ? Répondre pour le plaisir de la communication et de la connexion humaine ? Ou tout simplement se confier, décharger un peu ses épaules, parce que ce simple fait pouvait être une consolation ? Elle ne sut pas vraiment ce qui la poussa à parler mais elle pourrait jurer que l'alcool n'y était pour rien.

« Ça te dérangerait beaucoup de réduire le débit ? Tu vas me foutre le vertige, entama-t-elle, le nez froncé. Enfin elle s'employa à répondre à chacune des questions : Pour la version courte, j'ai trouvé un certificat de naissance attaché au mien, qui ne donnait aucun renseignement sur le second enfant. J'ai confronté mes parents à ce propos et ils m'ont appris que j'avais une sœur, qu'elle avait été adoptée par des parents américains et qu'elle y résidait toujours la dernière fois qu'ils avaient pris contact avec eux. ».

Elle avait omis de mentionner que le bébé inscrit sur le certificat était officiellement décédé en Corée du Sud le jour de l'accouchement. En parler signifierait justifier la raison de ce mensonge et partir dans des transferts illégaux sur lesquels la jeune femme n'avait pas envie de s'étaler. Passant une main dans ses boucles rousses, elle jugea bon d'étayer un peu plus son histoire et reprit :

« On n'a jamais trop roulé sur l'or et les finances de mes parents, à l'époque, ne permettaient pas d'élever des jumelles alors l'une d'entre nous a été adoptée par un couple qui craignait d'être stérile. L'autre est restée. » Elle haussa brièvement les épaules, pour elle-même, puis reprit plusieurs gorgées de son verre jusqu'à le terminer et demander la même chose. Ses yeux se reposèrent sur le cocktail bleu en préparation, et elle demeura concentrée sur cette vision alors qu'elle poursuivait : « J'ai pu parler à ses parents, fit-elle d'une voix lasse. Une fois. Ils m'ont dit qu'elle était partie seule en Corée et vivait maintenant à Incheon. Donc... »

Nouveau haussement d'épaules. Donc, elle avait suivi après tout juste quelques semaines de réflexion. Alors non, elle n'avait pas d'autre renseignement que le nom et la ville dans laquelle résidait sa sœur, et elle ne savait même pas si celle-ci accepterait de la rencontrer. Mais qu'avait-elle à perdre qu'elle n'avait déjà sacrifié ?

« Peut être que j'ai eu tort d'avoir poussé jusqu'ici mais c'est une idée fixe. Je ne peux pas continuer à vivre sans même chercher à la connaître. Si je la trouve et qu'elle refuse de m'entendre, alors tant pis. J'aurais fait ma part des choses. »

Enfin ses yeux retombèrent sur Na Ri et la seule pensée qui l'effleurait en cet instant, c'est qu'est ce qu'elle pouvait bien penser de tout ce qu'elle venait d'entendre. En avait-elle réellement quelque chose à faire ou bien avait-elle déjà décroché ? De manière à clore et s'éviter l'embarras, la jeune femme ajouta d'un ton plat :

« Autre chose, monsieur l'agent ? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité
MessageSujet: Re: nari&eunji — on the rocks   Lun 8 Juin - 19:41

On the rocks
Eun Ji & Na Ri

« Ça te dérangerait beaucoup de réduire le débit ? Tu vas me foutre le vertige. »  disait Eun Ji à la jeune étudiante bien trop curieuse sur le moment. Il est vrai qu'elle avait lancé tout un tas de question qui débordait sur le personnel et si soudainement. Elle qui n'avait jamais même accordé plus de quatre mots  consécutif à sa colocataire, voilà qu'elle commençait à vouloir en savoir trop. Mais cette dernière commença à parler, malgré le sale caractère que Na Ri pouvait avoir, malgré leur mauvaise relation, Eun Ji répondit à la question de la Coréenne :  [b]« Pour la version courte, j'ai trouvé un certificat de naissance attaché au mien, qui ne donnait aucun renseignement sur le second enfant. J'ai confronté mes parents à ce propos et ils m'ont appris que j'avais une sœur, qu'elle avait été adoptée par des parents américains et qu'elle y résidait toujours la dernière fois qu'ils avaient pris contact avec eux. » avait-elle débitée. Na Ri en était rester assez surprise pour ne pas exagérer. Ça avait beau l'air de sortir tout droit d'un de ces films dramatique, cela avait comme une certaine sincérité dans la voix d'Eun Ji, quelque chose de touchant et même si cela n'avait pas totalement atteint le coeur de pierre de la brunette, elle pouvait cependant comprendre que cela ne devait pas être facile. L'envie de sortir quelque chose comme "tu sait, la fraterie est loin d'être bon, tu as peut-être eu une chance" la rongeai. Elle pensait à elle, même lorsqu'une histoire dramatique se présentait en face, elle rapportait cela à sa situation en repensant aux fois où sont frère à pu lui faire comprendre qu'il ne l'aimait pas. Ça lui faisait du mal, beaucoup de mal de parler frère et soeur à ce moment là, et plus elle y songeait, plus cela était dur. Mais la jeune femme avait tenu sa langue de vipère pour laisser sa colocataire continuer. Elle se contentait de serrer de toute sa force le verre qu'elle tenait de sa main droite.  Ses vaines en devenait même effrayamment visible, mais cela lui permettait de se contenir. Elle se força donc a écouter de nouveau Eun Ji, même si basculer d'une pensée à la réalité n'était pas facile. Elle la regarda en face, de ses yeux froids, lui montrant (presque) toute son attention. C'est donc surprise qu'elle échangea un regard avec sa colocataire. D'oeuil à oueil. Oui c'était étrange, voir de si près et si profondément les pupilles de la jolie Ulsanaise avait quelque chose de nouveau, d'inexplicable.
" monsieur l'agent ? " Cela déplaisait assez Na Ri. En quoi était elle "un agent". Ce surnom signifiant être quelqu'un de fouineur, voulant tout savoir, n'est-ce pas? Na Ri se fiche de la vie d'autrui. Si ce n'est pour son propre intérêt, savoir ce qui va bien ou ne l'est pas chez l'autre ne l'intéresse en aucun cas, et elle se sentit vexer en entendant cela. Si bien qu'elle décrocha une grimace de mécontentement à la rouquine, la regardant de haut comme elle savait si bien le faire.
 Finalement, elle n'avait rien à répondre. Un silence s'installa. Na Ri réfléchit un instant. 

 - Dis, tu compte rester encore longtemps chez moi ? Sinon tu fait quoi ? T'es souvent sur l'ordi et ça a pas l'air d'être du facebook, twitter... ?

Décidément, l'étudiante semblait être de plus en plus intriguée par sa colocataire. Et c'était réellement le cas. Cette Eun Ji avait quelque chose qui changeait des autres jeunes femmes de leurs âges. Bien qu'elle était détestable aux yeux de la brunette, au fond, elle avait quelque chose d'admirable, une personnalité qu'elle appréciait, voir même admirait. En ces quelques minutes de conversation, ces quelques mots et échanges de regards, la jeune femme semblait changé. Eun Ji n'y était pas pour rien. 
 Voilà qu'elle en vint à la fin de son verre. 

  - Je veux la même chose qu'elle, ce truc bleu. Disait-elle au barman en désignant d'un coup de tête la boisson voulu. 
✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.

 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Go Eun Ji
Nombre de messages : 171
Date d'inscription : 15/04/2015
Age : 25
Pseudo : kana


Feuille de personnage
Carnet de notes:
Relations:

avatar

MessageSujet: Re: nari&eunji — on the rocks   Dim 26 Juil - 23:57

Ca ne lui plaisait pas trop toutes ces questions. Elle s'était accoutumée à cet invariable désintérêt que lui avait opposé sa colocataire depuis leur rencontre et trouvait même un confort dans le fait de ne rien devoir à personne, de faire ce que bon lui semblait sans avoir à justifier aucune de ses actions. Mine de rien, quand vous sortiez de taule et qu'on vous obligeait à soulever la langue à chaque fois que vous sortiez du réfectoire, qu'on vérifiait que vous n'ayez pas volé une aiguille à coudre pour tuer quelqu'un après votre job de la journée et que votre dortoir était fouillé de fond en comble deux fois par semaine, ne plus avoir à rendre compte de son moindre geste était aussi soulageant que déphasant pour la rouquine. Cette liberté totale avait beau être ce dont elle avait toujours eu envie, elle avait mis du temps à s'habituer et elle se rappelait encore de sa première entrevue avec Na Ri vis-à-vis de l'appartement. Elle était prête à montrer patte blanche, à ressortir tous les faux documents qui plus ou moins prouvaient qu'elle n'était pas là pour l'arnaquer. Quand l'étudiante n'avait rien demandé, Eun Ji s'était demandée si ce n'était pas elle, qui était en train de se faire arnaquer.

Mais que nenni. Les semaines avaient passé aussi rapidement que ses suspicions s'étaient évanouies et les gravillons dans son gel douche étaient presque amusants comparés aux scénarios qu'elle avait pu se monter. On ne ressortait pas de pénitencier avec la certitude que tout ça c'était derrière nous. Au contraire, on serrait les fesses, on évitait les flics et on essayait de mettre à profit l'expérience acquise dans le « job » qu'on nous avait désigné à l'intérieur afin de devenir le citoyen modèle qu'on n'avait jamais été et qu'on ne serait jamais plus que d'apparence. Ou bien on retombait dans nos vieux vices, on évitait les fautes qui nous avaient envoyés au trou et on priait pour ne pas se faire attraper et prendre le double d'années. Appelez ça du pessimisme ou non, Eun Ji ne croyait pas qu'il soit possible de repartir de zéro après être libéré de ces cages. Ça vous changeait d'une manière que vous n'auriez jamais soupçonnée en passant les grilles pour la première fois. D'une façon dont Eun Ji se serait bien passée.

Et pourtant une demi-année après sa sortie et sa vie avait beau avoir pris un angle des plus insoupçonnés, elle était le parfait exemple de l'ex détenue qui avait réussi à laisser son expérience en taule derrière elle et à avancer vers autre chose. Trouver un emploi avec ce qualificatif accroché à son nom était une tâche certes délicate mais on pouvait se demander si la difficulté ne venait pas plus de sa moue renfrognée, son attitude désagréable et désinvolte que de son titre social. Mais ça, Na Ri n'en savait encore rien et l'Ulsannaise avait bien l'intention que les choses avancent ainsi. Si toutefois elle voulait bien arrêter ces questions soudaines, et Eun Ji tenta d'abroger ses tentatives d'une petite remarque piquante qu'elle espérait suffisante pour décourager l'aînée.

Encore une fois, c'était mal la connaître.

- Dis, tu compte rester encore longtemps chez moi ? Sinon tu fait quoi ? T'es souvent sur l'ordi et ça a pas l'air d'être du facebook, twitter... ?

Cette fois-ci, Eun Ji ne retint même pas son soupir et c'est toute l'amplitude de son exaspération qui franchit ses lèvres dans une parfaite attitude de drama queen trop paresseuse pour en faire plus. Fait ch.ier. Elle savait qu'elle n'aurait pas dû s'ouvrir à elle vis-à-vis de Katherine, ça n'encouragerait que d'autres questions et là, armée d'un verre d'Adios Motherfucker et d'une flemme poignante de penser à des trucs trop importants, elle n'avait pas la force d'y répondre. Avait-elle vraiment le cœur à l'envoyer paître, cela dit ? Oui, très certainement. La motivation pour le faire ? Beaucoup moins.

« Je partirai dès que j'aurais trouvé un appart à un prix abordable, avec un lit confortable et sans colocataire... » ...Chiante. Sans colocataire chiante, voulait-elle achever mais elle avait ravalé ce dernier mot avec une gorgée d'alcool. Elle était là pour se détendre et Eun Ji n'avait pas envie de se prendre la tête pour des broutilles. Ça attendrait demain. « Et je cherche du boulot. »

Mouais. Il y avait plus convaincant, compte tenu du fait qu'elle avait déjà un boulot en ce moment. Elle était simplement incapable de les tenir plus d'une semaine, quels qu'ils soient. À croire qu'elle n'était pas faite pour ça – ou en tout cas infoutue de faire quelque chose qui ne lui plaisait pas. Quant à ce qui lui plaisait...c'était plus compliqué à trouver. Et moins politiquement correct. Elle se remit à dessiner des arabesques sur son verre, faire tourner ce qu'il restait du cocktail au fond de celui-ci et interrompit à peine son geste pour regarder Na Ri en commander un nouveau. Le même que le sien cette fois.

« T'es sûre de vouloir prendre... » A peine eut-elle haussé la voix que Na Ri recevait déjà son verre dans lequel elle effectua une descente impressionnante. Tant pis pour les avertissements. « Tu paies la prochaine tournée », annonça-t-elle l'air de rien. La musique commençait à se faire gênante et Eun Ji aurait bien râlé mais une fois de plus, elle ravala sa remarque. Que ce soit la flemme ou cette envie bizarre de ne pas être trop désagréable, elle lâcha même un gracieux « tombe pas dedans quand même. » Elle voulait bien être gentille mais ramener Na Ri bourrée chez elle, il ne fallait pas pousser.

« C'est quoi, toutes ces questions ? Ça n'aurait pas été plus logique de me les poser avant qu'on emménage ensemble, histoire de déterminer si je n'étais pas une meurtrière en fuite ou une ex-taularde ? » Ça arrivait ces choses-là. Précisément dans leur cas. « Je ne t'ai rien demandé à ce moment parce que ça me semblait déplacé, mais puisqu'on en est à l'heure d'apprendre à se connaître je suppose que c'est le moment ou jamais de t'en demander plus sur toi. Pourquoi tu m'as acceptée comme colocataire sans poser de questions ? T'avais tant besoin d'argent que ça ? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité
MessageSujet: Re: nari&eunji — on the rocks   Ven 31 Juil - 22:00

On the rocks
Eun Ji & Na Ri

Il était assez étrange que Na Ri ait accepté une totale inconnue chez elle. Sa subite décision n'avait pas vraiment ses raisons autres que l'argent, à vrai dire. Son cœur de pierre n'aurait jamais été pour héberger une inconnue. Néanmoins, sans même en savoir plus sur l'Ulsannaise, sans même en découvrir son caractère, elle lui avait offert son toit. Mais ce geste était également bénéfique pour elle. En effet, son loyer serait réduit en deux. Ainsi, elle pouvait plus rapidement se libérer des jupons de sa mère. Avoir son indépendance financière, rompre définitivement tout lien avec les Son, voilà ce qui l'importait énormément. En réduisant les dépenses, la jeune femme pouvait arriver à ses fins plutôt que prévu. Voilà qui était bon. Alors oui, elle avait accepté cette Eunji pour l'argent, pour son propre intérêt. Et puis, avoir une tête sous sont toit lui permettait de retrouver son âme de leader, cette façon qu'elle aime tant de tenir tête. Enfin, c'était du moins l'idée, avant qu'elle n'apprenne réellement à connaître cette femme qui, par surprise, n'était pas si faible qu'elle en paraissait. Et c'est finalement ce qui fait cette relation intéressante qu'entretiennent les deux jeunes femmes : un lien d'entraide, cachée par une ambiance électrique des deux fortes têtes.
Na Ri s’était laissé elle-même découvrir cette rouquine qui semblait si simple et fade. Mais elle fut rapidement rattrapée par les apparences. Très vite, la nouvelle se faisait voir et s’imposa dans la petite chambre étudiante qui lui servait alors de logement. Elle vidait le frigo, troublais le sommeil de l’étudiante, ne rangeait pas ou mal les étagères et autres problèmes dérangeant le confort de celle qui l’hébergeait. Malgré cela, la colocation entamait son quatrième mois, et aucune n’en était sorti avec des blessures bien que Eunji ai échappé à l’indigestion à plusieurs reprises. Mais elle savait s’y faire et continuait sa petite vie en laissant transparaitre. Voilà pourquoi elle était si intéressante et attractive aux yeux de Na Ri. C’était finalement plus drôle qu’avec un faible. Peut-être est-ce pour cette raison que finalement, elle ne détestait pas autant cette jeune femme aux cheveux clairs. Les deux n’étaient-elles pas même en train de s’attacher l’une à l’autre derrière ces visages aux apparences fortes ?

Vint alors le moment où Na Ri s’intéressait enfin à celle qui partageait sa chambre. Elle avait commencé par lui posé une question… puis une deuxième… Finalement, c’est en débutant ses interrogations que la curiosité fut attisée.  Elle voulait en savoir plus sur cette nouvelle colocataire,  en commençant par son métier.
« Je partirai dès que j'aurais trouvé un appart à un prix abordable, avec un lit confortable et sans colocataire... »
Il est vrai que dormir sur deux couvertures superposées n’est pas ce qu’il y avait de mieux. A son arrivée, Eun Ji avait dû se débrouillée seule. Jamais Na Ri ne lui avait proposé matelas, draps, couettes… pas même un coussin. L’Ulsannaise s’était livrée à elle-même et cela valait mieux pour chacune.
Na Ri esquissait un sourire en coin à la fin de cette réponse. Après une telle expérience, il était évident qu’un colocataire serait proscrit de la vie d’Eun Ji. Cela satisfaisait la brunette, sans aucun remord. Voilà que le cocktail demandé lui arriva entre les mains. D’une traite, elle bu le liquide alors que la deuxième jeune femme semblait marmonner quelque chose à côté d’elle. C’était fort, et elle pouvait sentir cette chose qui brûlait dans son intérieur. Elle tourna la tête à sa co-habitante, avec cette expression de dégoût. Il fallait qu’elle la cache, Eunji ne pouvait pas voir se moment de faiblesse même si elle s’en douterait évidemment. Finalement l’étudiante se reprit rapidement, du mieux qu’elle le pouvait. La réflexion de la rouquine ne fut pas bien pris par Na Ri qui ne pu s’empêcher de lui lancer ce regard noir et froid. Finalement, elle attrapa un billet dans sa poche arrière de jean (d’une petite valeur mais qui suffisait à payer les deux derniers Adios Motherfucker) et le jeta sur le comptoir afin de montrer à Eun Ji que oui, elle allait payer cette tournée. Elle n’était venue qu’avec cela, et ça n’était pas plus mal. Après tout, qu’avait-on besoin pour sortir dans un bar et apprendre à connaître sa « roomates » ? Parce que oui, les filles étaient décidemment bien en train de se découvrir l’une et l’autre.
Eun Ji sembla également surprise de toutes ces questions subites, elle faisait part de son étonnement à Na Ri, qui lâchait un rire :  « Une meurtrière, une ex-tolarde ? Ahah… Yah, tu penses que je méfierais d’une tête comme la tienne ? » Après tout, elle ignorait toutes ces choses qu’Eunji ne le lui avait pas encore fait part, comme par exemple, son passé.
 La question suivante retombait alors subitement sur Na Ri qui ne s’attendait pas à ce revers. Elle n’avait aucunement l’envie d’expliquer à l’Ulsannaise pourquoi elle avait accepter de changer ses habitudes sans même la renvoyer dès que la colocation s’était montré un peu plus compliqué que prévue. Mais après tout, cette dernière avait répondu à ses questions sans vraiment broncher. Elle avait aussi le droit à des explications, des éclaircissements sur la situation. Après tout, la brunette ne l’avait pas convoqué dans un bar pour rien. A présent que tout avait commencé, plus rien était à perdre et continuer était le mieux.  De plus, les filles ne pouvaient pas passer par-dessus cette question qui était la base de tout. A la base de cette colocation, à la base de cette relation. « Ouais, j’avais besoin d’argent. Et puis quelqu’un à tourmenter, c’était pas de refus.  J’avais besoin de ça, ça m’avait manqué de pas en faire voir de toutes les couleurs à quelqu’un aussi facilement. Puis t’es arrivé, au bon moment. » lui lâchai-elle finalement en guise de réponse.  « Mais l’argent m’a bien poussé, ouais… ». Na Ri n’allait pas en dire plus. Elle n’allait pas mentionner sa famille, ni quelconque autre choses.  Elle ajouta soudainement après une courte pause qui n’avait pas laissé à Eun Ji le temps de dire quoi que se soit : « Un jour… si tu veux de l’aide pour ta sœur… tu pourras me dire. » Surprenant n’est-ce pas ? Oui Na Ri proposait son aide. Parce que cette histoire  l’avait bien touchée. Bien sûr, elle ne le dirait jamais, surtout pas à Eun Ji. Mais au fond, quand la famille est évoquée, elle ne peut que se sentir compréhensive. Les Son n’ont jamais été des models et entendre une presque inconnue citer une  histoire comparable à celle de la petite dernière d’une fratrie aujourd’hui tombée pratiquement dans l’oublie, ça touchait beaucoup ce cœur de pierre qui finalement, était fissuré par le  passé familial.   « je pourrais rien faire de spécial, mais on sait jamais. » achevait-elle, laissant son interlocutrice réagir à tout cela.
 
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: nari&eunji — on the rocks   

Revenir en haut Aller en bas
 

nari&eunji — on the rocks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LLORONA ON THE ROCKS de Charlotte Bousquet
» [Charlotte Bousquet] Llorona on the rocks
» English Pop Music... on the rocks
» [Argemmios] "Llorona On The Rocks
» Partenariat n°49 : LLORONA ON THE ROCKS offert par Argemmios Editions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daily Incheon :: Incheon & ses îles :: Les rues :: Les bars, les night clubs et les karaokés-