AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Party hard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Park Miia
Nombre de messages : 64
Date d'inscription : 16/07/2015
Pseudo : Obaa-chan/shia



avatar

MessageSujet: Party hard   Sam 25 Juil - 16:09

Miia ∞ Na Ri
Une jeune fille rousse tape sur le clavier de son ordinateur à l’aide de ses longs doigts fins blancs et laiteux. Tout dans son apparence est travaillé et témoigne une certaine grâce, une élégance certes froide, mais assez agréable à regarder. Elle boit délicatement son café noir dans un gobelet en carton en faisant attention à ne pas abîmer son rouge à lèvres, bien que léger puisque nous sommes en pleine journée. La teinte et la texture même de sa peau sont étudiées avec le plus grand soin, elle l’hydrate et la cajole bien plus qu’elle ne le ferait avec un vrai être humain. La demoiselle se protège du soleil et fait tout pour entretenir l’apparence de sa chair, pour la rendre encore plus poudrée, avoir un teint de porcelaine est vraiment l’un de ses buts principaux, vous ne la verrez jamais s’exposer au soleil à la plage sans parasol. De toute façon, où qu’elle aille, elle aura toujours un homme à ses pieds pour lui apporter un chapeau, lui mettre de la crème solaire, lui amener de l’eau, bref vous voyez le genre. Miia repose son café à moitié entamé à côté de son ordinateur et se concentre sur le document word ouvert sur son écran. Elle ne semble ni perturbée ni stressée, et elle ne fronce que très légèrement les sourcils, sa contrariété est imperceptible et pourtant réelle, bien que mesurée. Tout est calculé en Miia, une vraie balance à émotions, elle contrôle tout ce qu’elle ressent et le minimise, cela fait partie d’elle, voilà pourquoi, malgré le fait qu’elle soit dure, vous la verrez très peu perdre son sang-froid. Elle ouvre sa boîte mail, clique dans le dossier «  Agence » et rédige, à la vitesse de l’éclair, une réponse à l’intention de son collègue en charge du nouveau concept de son groupe. Elle veut le transformer en bande de minets et ça, il en est hors de question. Miia sait très bien ce qui marche en ce moment : les mauvais garçons. Inutile de les faire chanter des «  Je suis une mauviette aux pieds de ma copine », ça ne serait pas bon pour leur image, bien que Seok Min, l’un des membres et accessoirement son petit ami – enfin c’est ce qu’il pense, il n’est qu’un pion aux yeux de la belle -, pourrait très bien coller à ce concept innocent et pur, elle en sait quelque chose : c’est elle qui l’a dépucelé. Son téléphone vibre. Elle ne daigne même pas le regarder, elle finit d’abord son message de mécontentement modéré, clique posément sur «  envoyer » pour ensuite y jeter un coup d’œil en biais. Quand elle voit que l’appel manqué vient de son actuel petit ami pour lequel elle n’éprouve aucun intérêt, si ce n’est celui de lui vider le portemonnaie, elle verrouille l’appareil en pressant son ongle laqué rouge vif sur le bouton prévu à cet effet et revient à son ordinateur. Son collègue ne lui a pas encore répondu, ce n’est pas grave. Elle a mieux à faire ce soir que de parler boulot avec un incompétent de service. Miia éteint donc son ordinateur qu’elle fourre dans une housse de protection couleur argent, elle vide son café et sort pour prendre la direction de son appartement une fois assise dans sa voiture.

Sur le chemin, bien qu’elle soit au volant, elle vérifie son portable, ce qu’elle ne fait quasiment jamais, c’est elle qui décide de contacter les autres, et non pas l’inverse, mais cette règle ne s’applique étrangement pas à une jeune femme légèrement plus jeune qu’elle, Son Na Ri, sa meilleure amie. Autrefois, elles étaient connues comme étant les «  terreurs d’Incheon » et leur venin ne s’est pas adouci avec les années. Les collégiennes dotées d’un solide caractère de peste sont devenues des femmes fortes que rien ni personne ne peut arrêter, et ce n’est donc pas un temps légèrement couvert qui les empêchera de faire la fête. Miia avait bloqué ce samedi soir expressément pour pouvoir aller en discothèque avec Na Ri. Miia déverrouille sont téléphone, toujours en ignorant les appels manqués de Seok Min qui ne font que croître, pour pouvoir répondre au SMS que vient de lui envoyer Na Ri. Celle-ci lui demande quelle tenue pourrait convenir pour ce soir. Miia connaît la garde-robe de son amie comme sa poche, et la sienne également. Elle avait déjà prévu ce qu’elle allait mettre ce soir depuis déjà un bon bout de temps. Elle appelle donc son amie pour la conseiller et éviter d’écrire au volant et de risquer un accident, et raccroche bien vite une fois arrivée.

Miia fait tourner les clefs de son appartement dans la serrure, se déchausse dans l’entrée et perd d’un coup quinze centimètres. Oui, même en pleine journée, il vous sera rare de la croiser en ballerines ou en baskets, elle est toujours perchée sur des hauts talons qui rendent ses jambes, souvent dénudées, sauf en Hiver, encore plus longues. Elle déteste son père, mais n’est pas peu fière du sang européen qui coule dans ses veines. Elle abandonne son sac. Non attendez, elle ne le lâche pas n’importe comment. Elle le pose exactement à l’endroit où elle a l’habitude de le mettre depuis qu’elle a emménagée ici, dans ce superbe studio avec vue sur la mer. Elle ouvre ce dernier pour pouvoir y prendre son agenda. Elle n’a aucun rendez-vous ce week-end, elle pourra donc s’amuser jusqu’aux petites heures. Elle le referme, allume la télé et se lève du canapé pour aller boire un shot de soju. Ou plutôt quelques-uns puisqu’elle ramène la bouteille sur la table basse du salon. Elle regarde les informations pour se tenir au courant, et parfois même un peu se délecter de certains malheurs des autres, en savourant l’alcool brûlant filant le long de sa gorge. Après quoi elle se relève pour se diriger vers son dressing et en prendre une robe courte et moulante au décolleté graphique. Elle la garde sur son cintre afin de la pendre dans la salle de bains et se dénude. Même quand il n’y a pas d’homme dans la pièce, elle aime enlever ses habits sensuellement, ça en serait presque excitant pour elle. Elle plie ses vêtements avec soin pour les déposer sur l’évier et prend sa douche avant d’entrer dans un bain chaud. Une fois sortie et séchée, elle se revêt de ses habits de nuit, charge ses yeux d’un maquillage sombre et charbonneux, colore à nouveau ses lèvres, mais cette fois de façon plus intense, de sorte à donner un côté velouté, faisant presque penser à du velours, à sa bouche. En revenant dans le salon, elle prend un selfie qu’elle envoie à Na Ri avec comme sujet : «  Bientôt prête ! » puis elle retourne dans la salle de bain afin d’arranger ses beaux et longs cheveux blond vénitien qu’elle avait attachés lorsqu’elle se maquillait. La clef de sa beauté ? L’organisation. Enfin, pas que. Miia vous le dira sans chercher à être faussement modeste, elle a certes travaillé dur pour avoir un tel physique, mais disons qu’elle est une beauté depuis sa naissance, donc elle a toujours eu plus de potentiel que la plupart des filles. La seule femme capable de rivaliser avec elle à ses yeux ? Na Ri. Et encore, Miia n’est pas vraiment du genre à se comparer aux autres, mais bien plus à les comparer à elle en se disant qu’ils sont bien malchanceux de ne pas avoir son physique de rêve. Elle se saisit d’une petite pochette noire brillante pour y fourrer le strict minimum : argent, gel pour les mains, téléphone personnel, rouge à lèvres et fards à paupières. Une fois prête, elle prévient Na Ri pour la retrouver en bas de chez elle. Elle descend au parking, pose son postérieur avantageux sur le cuir de sa voiture, verrouille les portes, vérifie son maquillage et démarre afin d’aller se parquer en bas de chez Na Ri. Une fois que celle-ci sort de l’immeuble, Miia déverrouille les portes et lui adresse un grand sourire sincère, ce que vous ne verrez que très rarement chez elle :

«  Salut beauté ! », lance-t-elle quand elle s’installe dans la voiture. « Prête pour faire la fête ? » Miia avait certes réservé cette soirée avec Na Ri depuis longtemps mais, en plus, en tant que manager d’idoles, elle avait ses entrées dans la boîte la plus sélective de Séoul, autant vous dire qu’il y aura de quoi s’y amuser, bien que Miia doive faire un minimum attention à ne pas déraper, certes elle ne se fait pas reconnaître à tous les coins de rue, elle n’est pas une personne célèbre, mais elle doit faire attention à ne pas entacher l’image de son groupe. La jeune femme presse le bouton du lecteur de musique intégré qui se met à jouer «  Doctor feel good » des Rania.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité
MessageSujet: Re: Party hard   Mer 29 Juil - 14:51


Miia ∞ Na Ri
Elle est assise jambes et bras croisés sur son lit aux couleurs sombres –qui lui ressemblent bien-, elle est en pleine réflexion, en pleine création d’un autre de ses plans. Un nouveau plan, un plan des plus simples mais des plus serviables. Les cheveux relevés en queue de cheval, la brunette s’amuse à enroulés les quelques mèches longues tout en parlant dans sa tête, comme si elle s’adresser à un collyte. Na Ri ne parle plus à voix haute pendant les élaborations de ses manipulations. Non, Na Ri a oublié ceux qu’est de faire résonner sa gorge et ceux, depuis l’arrivée de cette colocataire si agaçante et troublante. Cet appartement n’est qu’un lieu de silence, ou non, un lieu de guerre. Mais aujourd’hui, la jeune femme est seule, et malgré le fait que sa chère et tendre colocataire soit absente, elle a pris pour habitude de se parler à elle-même, sans bouger les lèvres. En ce samedi des plus classiques, en ce samedi d’été, elle est de service au bar, son lieu de travail.  Une corvée que la jeune femme aurait bien voulu éviter. Depuis toute la journée cloîtrer dans sa mince chambre étudiante, elle encore et encore afin de pouvoir évité cette soirée de travail. Certes, Na Ri n’est pas toute sage, mais elle a tout de même des responsabilités et manquer le boulot grâce à ces capacités de manipulation n’est pas une chose qu’elle fait régulièrement. Néanmoins, ce soir de week-end n’est finalement pas un simple samedi. Elle allait enfin pouvoir se retrouver avec sa meilleure amie, chose qui n’avait pu arriver depuis un moment. Si les deux sont constamment connecté par le biais de la technologie, par l’emploie du temps chargé de l’aîné, les jeunes femmes ont rarement du temps pour se voir. C’est donc une occasion que la jeune étudiante ne voulait rater pour rien au monde. Et puis, lorsque l’on peut facilement obtenir ce que l’on veut, il faut tenter sa chance. Elle n’hésite donc pas une seconde à appelé son collège après avoir fini de préparer son texte dans sa mémoire. Elle se lève alors, attrape son téléphone portable et contacte cet homme, celui qui semble si faible, celui qui dit oui à tous et surtout à toute. Ce collège qui semble si intimider par Na Ri, par sa présence, ces paroles, fait et gestes. Elle déteste la séduction, et contrairement à sa meilleure amie, elle n’a jamais voulu s’essayer à cet art. C’est donc franchement qu’elle se lance dans sa demande. Une simple demande de remplacement. A vrai dire, il lui suffit de simuler un atroce mal de tête, pas même de jouer la comédie, juste de sortir des mots, des plus banales puis le tour est joué. Même au bout du fil, le pauvre homme semble terrorisé et Na Ri peut le sentir au timbre de sa voix qui a tendance à trembloter, même bégayer. Alors elle sourit, oui, le mal être du garçon l’a fait sourire, même presque rire. « Merci, je m’en rappellerais Jae Woon ». S’en rappeler ? Cela veut dire beaucoup lorsque l’on est en face d’une fille sans cœur telle que Na Ri. « S’en rappeler » ne signifit pas non plus rendre l’appareil, mais c’est comme un remerciement sincère. Voilà une bonne chose faite, pensait-elle. Elle prend donc le chemin de la salle de bain pour prendre une bonne douche. Rapide mais efficace. L’eau est chère et avec une tête de plus dans l’appartement, la facture à augmentée tout naturellement. De toute façon, ça n’est pas tellement son truc à Na Ri de prendre son temps pour la beauté. Se maquiller, elle le fait en moins de dix minutes et malgré les couches de noirs qui bordent souvent son sombre regard, elle s’en sors rapidement. Enroulée d’une serviette propore, elle ouvre sa penderie pour choisir une tenue. D’un rapide geste elle parcourt les robes, toutes noirs, car le noir est comme son mot d’ordre, sa personnalité, son image. Elle prend alors la décision de consulter Miia, afin qu’elle puisse l’aider dans son choix. C’est ce qu’elle fait toujours, demander des conseils à sa meilleure amie, parce qu’elle est après tout la seule à pouvoir faire ça. Personne d’autre ne pourra ou ne sera pas même écouté par la brunette. Après un rapide appel, les deux se sont décidés pour celle à volant,  simple mais confortable. Na Ri a beau étudier la mode, la simplicité n’est jamais trop mal à son goût. C’est donc après une vingtaine de minutes, pas plus, que la jolie femme aux cheveux corbeau fini sa préparation. Une dernière fois, elle inspecte son apparence. Puis ne tarde pas a descendre, afin d’attendre son carrosse. C’est une deuxième jolie jeune femme, au cheveux plus clair, qui vient la chercher, au volant d’une belle voiture. Park Miia a toujours la grande classe, l'élégance en plus de l'allure sexy.
« C’est quoi ce surnom pourri, Miia... ». Elle monte sans tarder dans le véhicule. Puis elle touche les cheveux de son amie en la complimentant à son tour. Chose dont seule Miia est privilège. Finalement les deux partent en direction de la discothèque. La nuit vient tout juste de tombée, c'est une longue soirée qui s'annonce...

Spoiler:
 

code by Silver Lungs
[/quote]


Dernière édition par Son Na Ri le Lun 31 Aoû - 11:57, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Park Miia
Nombre de messages : 64
Date d'inscription : 16/07/2015
Pseudo : Obaa-chan/shia



avatar

MessageSujet: Re: Party hard   Mer 29 Juil - 16:39

Miia ∞ Na Ri
NNe comptez même pas sur Miia pour avoir des remords, elle ne connaît pas ce mot, elle n’a jamais eu envie d’apprendre le champ lexical de la compassion. Elle est tout ce que beaucoup de personnes aimeraient être au fond d’elles bien que cela leur soit impossible. Être Miia ce n’est pas quelque chose qui se dicte, malheureusement. Miia, c’est tout simplement le genre de fille qui ne pleurera jamais si une relation se finit, c’est d’ailleurs souvent elle qui le décide, et si la personne fait le choix de partir sans son autorisation, soit elle laissera couler, soit elle se vengera si vraiment elle a envie de s’amuser, la vie n’est qu’un jeu après tout, dont elle est convaincue être la maîtresse ultime. Beaucoup de personnes ont déjà souffert à cause des Autres, ces êtres informes qui sont pourtant aussi différents et aussi semblables les uns des autres. Ils passent leur temps à se blesser, et les plus sensibles d’entre eux désirent le plus souvent s’arracher le cœur pour ne plus rien sentir et se libérer de quelconque tortionnaire. Je vous rassure tout de suite, ce n’est pas le cas de Miia, elle n’a pas besoin des autres et elle est hermétique aux attaques. Si une un peu plus forte venait à la piquer, elle tuerait le moustique qui aurait osé toucher son être si supérieur et elle passerait bien rapidement à autre chose. Miia a un cœur, c’est un être humain, oui, mais depuis qu’elle est née, celui-ci est gelé, et le restera probablement. Elle est forte et ne se laisse pas facilement ébranler, disons simplement que si quelqu’un devait oser attaquer réellement sa belle personne, elle n’en ferait qu’une bouchée ou le regarderait hautainement, ou même l’ignorerait. Oui, Miia est le genre de personne que nous aimerions tous devenir au moins pour une journée. La belle est une beauté de glace et, lorsqu’on lui fait la réflexion, elle prend la chose comme un compliment. Elle n’a pas envie d’être une beauté solaire, non, avoir les reflets bleutés de la glace l’entourer est certainement la chose qui l’amuse le plus. Elle ne peut s’empêcher de considérer les autres comme ses pions, c’est ainsi, c’est dans sa nature, elle doit même se contrôler pour éviter de faire la même chose à Na Ri, sa meilleure amie. Et encore, elle sait que Na Ri et elles se ressemblent, elles ne peuvent pas vraiment se blesser l’une l’autre puisqu’elles sont fortes, et c’est ainsi qu’elles peuvent être assimilées à deux lanceuses de poignards aiguisés que rien n’atteint.

Miia se masse les tempes en sortant sur le palier. Ses voisins d’à côté ont encore fait un mouflet qui braille sans cesse, à moins que ça ne soit toujours le même, et elle s’en contrefout, certes, pour la plupart des êtres humains, elle n’a pas de cœur, mais elle a pourtant des oreilles. Elle soupire, un jour elle ira balancer ce nourrisson contre le mur, il n’est pas question qu’elle devienne sourde à cause d’un mioche. Les parents devraient parfois réfléchir avant de niquer sans mettre de préservatif ou prendre la pilule. Miia entre dans sa voiture, met la radio pour guérir ses tympans avec du bon son, et démarre. Elle passe par l’immeuble où habite sa meilleure amie, ouvre la portière et la laisse s’installer. Na Ri aurait dû être de service ce soir, mais Miia lui avait dit de décommander, elles avaient prévu ce samedi depuis trop longtemps que pour chambouler tous ses plans à cause du travail de la cadette du petit duo. Miia savait que ce soir, elle verrait sa meilleure amie, parce que même si celle-ci ne semblait pas vouloir séduire son collègue pour avoir sa soirée de libre, Miia n’arrêtait pas d’insister ces derniers jours, et elle savait bien que Na Ri finirait par céder, ce qui fût chose faite. Miia a encore des appels manqués de Seok Min. Elle éteint son portable et attend que son amie ne finisse par sortir de l’immeuble. Elle l’accueille par un « salut beauté » que Na Ri refreine, trouvant le surnom pourri. Elle n’a pas tort, songe alors Miia.

« J’ai jamais été douée pour faire des compliments…tu le sais bien ! » Elle ferme la portière automatiquement en pressant sur un bouton à l’aide de son ongle laqué et c’est ainsi que les deux jeunes femmes commencent leur virée !

Miia prend alors la direction de la boîte et stationne dans un parking réservé aux VIP, c’est ainsi quand on est la manager de l’un des groupes les plus connus d’Incheon après tout. Elle sort élégamment du véhicule et se dirige vers la sortie pour rejoindre la boîte de nuit. Elle ne fait pas la file, non, les VIP passent par une file spéciale après tout. Les deux jeunes femmes sont donc bien vite installées dans un endroit plus à l’écart, il n’est que 22h, encore trop tôt que pour avoir de l’ambiance même dans le meilleur des clubs de la ville, donc Miia commande du champagne qui arrive bien vite et lève sa belle coupe brillante en direction de son amie :

« A la tienne ! » Elle la boit d’une traite.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité
MessageSujet: Re: Party hard   Sam 1 Aoû - 0:22


Miia ∞ Na Ri
Le vent de cette nuit d’été est agréable. Na Ri ferme les yeux, elle oublie tout, l’école, sa nouvelle vie en colocation, l’argent, les retrouvailles avec son frère. Surtout les retrouvailles avec son frère. Ces derniers mois n’ont pas étaient en faveurs de la jeune femme qui est portée à bout de tout cela. Cette accumulation de petits faits ne la rend pas de meilleure humeur. Cette sortie entre meilleure amie s’avérait nécessaire et très urgente.
« De toute façon, les compliments ne servent à rien » lui réponds-elle tout en s’installant dans le siège confortable de la Mercedez. En effet, depuis son enfance, jamais la Son n’a connu ce qu’est l’encouragement ou le compliment, elle avait donc grandi avec cette façon de penser. C’est après tout cette famille qui lui as forgé ce cœur de pierre. Un court silence ce fait sentir entre les deux jolies jeunes femmes. Alors en plein chemin, Na Ri hésite à parler de son frère à sa meilleure amie. Elle veut lui dire qu’elle l’a finalement retrouvé après tant d’année de cachotterie, elle veut lui dire qu’il est là, à Incheon. Mais elle se retient. Elle lui dira, bien sur, Miia est bien la personne a qui elle ne cachera rien, mais pas ce soir, pas en cette instant de bonheur. Alors elle entame la conversation d’une autre façon : « Alors ce traîné de Seok Min ? Il insiste toujours ? » La tête tournée vers la jolie jeune femme, elle sourit sarcastiquement. « En tout cas dis moi quand tu en auras fini avec lui, ça devrait être intéressant à voir un pauvre mec dévasté ».
La route se fait sombre au fur et à mesure que la nuit tombe. En chemin un autre conducteur n’hésite pas à  couper la route aux deux jeunes femmes. Chacune l’insulte à sa façon, sans aucun scrupule. Puis ça leur fait du bien. Elles échangent un regard, se sourient et chacune est heureuse. Ce genre de moment, ça avait manqué à la brunette qui se retrouve.

Finalement assez rapidement, elles arrivent à destination. C’est en une seconde que les jeunes femmes se retrouvent dans le club à des places privilégiés. C’est ça, être amie avec Park Miia. Na Ri n’hésite pas à lâcher des hauts regards aux civils attendant sagement sur la file voisine. Elle prend du plaisir à faire cela et en rit intérieurement. On leur attribut alors un coin où banquette en cuirs et champagne sont au rendez-vous. Ca commence bien, et ça n’est que le début.
« Cheers ! » Les coupes s’entrechoquent, chacune boit d’une traite le liquide avant de se resservir.  C’est alors qu’un jeune homme semble s’inviter à la table des jeunes femmes… « Yah, c’est qui celui là ? »

code by Silver Lungs


Dernière édition par Son Na Ri le Lun 31 Aoû - 11:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Park Miia
Nombre de messages : 64
Date d'inscription : 16/07/2015
Pseudo : Obaa-chan/shia



avatar

MessageSujet: Re: Party hard   Sam 1 Aoû - 12:26

Miia ∞ Na Ri
Beaucoup de gens vous diront que Park Miia est l’archétype de la fille sans cœur par excellence, agissant avec prudence et froideur, avec une langue aussi acérée et venimeuse que celle d’un serpent. Elle joue et aime ça. Si elle est capable d’aimer, c’est qu’elle a bien un cœur, mais le sien est certainement différent du vôtre. Le sien envoie dans ses veines un fluide glacial, en quelque sorte, Miia est un animal à sang froid. Elle ne s’énerve que très peu, mais elle est excessivement dangereuse et ne se privera jamais de faire consciemment, ou inconsciemment, du mal à autrui. Dans sa poitrine bat un organe, certes, mais celui-ci lui fait souvent sentir les mêmes émotions, ce ne sont même pas des sentiments, ce n’est pas aussi profond que ça : l’autosatisfaction, la confiance en soi et la jubilation. Oh oui, Miia est une jeune femme qui jubile et qui peut presque avoir un orgasme en regardant une personne qu’elle a jetée dans les flammes souffrir. Je vous l’ai dit, elle a un cœur, certes, mais pas le même que le commun des mortels, il s’agit d’une belle pièce de glace qui est tout à fait capable de surmonter n’importe quelle crise. Miia est une beauté froide, ni plus ni moins. En pensant à toutes les têtes qu’elle et son amie feront tourner ce soir, dont elles pourront décider du moindre fait et geste comme s’il s’agissait de pantin, l’excite tout autant, voire plus, que si elle était en plein rapport sexuel. Miia tourne la tête vers Na Ri et les deux jeunes femmes échangent des sourires complices. Elles ne sont pas là, assises dans cette voiture luisante et décapotable allemande, pour jouer les figurantes. Non, les reines de la soirée ce seront-elles à coup sûr. Elles sont deux beautés différentes, l’une brune, l’autre rousse, l’une plus séductrice, l’autre moins, mais elles savent tout à fait bien qu’elles ne seront pas des pions parce qu’elles ont rapidement compris que dans la vie, c’est soit mange, soit sois mangé ! Et elles se considèrent toutes les deux comme bien trop supérieures pour être les faibles dans cette jungle tellement amusante appelée planète Terre.

Miia hoche la tête quand son amie lui dit que les compliments ne servent à rien. Miia n’est que rarement d’accord avec les autres, trop bêtes selon elle, mais elle ne peut qu’être d’accord avec les paroles pleines de bon sens de Na Ri. Un compliment ça endort le cœur, Miia n’en fait que rarement et par hypocrisie, tout comme elle l’a fait à de maintes reprises pour se rapprocher de Seok Min, l’encourageant, lui disant qu’il dansait comme un dieu, qu’il était beau, et en moins de temps qu’il n’en avait fallu pour le dire, le jeune homme dont elle prenait soin de la carrière s’était amouraché, tombé dans un piège puissant, s’engluant comme une mouche prise dans de la colle épaisse ou de la résine. Miia sait qu’on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre, alors elle devient le miel des hommes, qui diffère selon chacun d’eux, et elle a bien compris que le maknae est du genre soumis, à courir après un certain amour maternel. Pourquoi s’intéresser à un tel garçon ? Miia ne le voit pas comme un homme, ça non, mais plutôt comme un portemonnaie sur pattes. En tant que manager, elle a accès au dossier de chaque chanteur qu’elle gère. Et il lui est bien vite apparu qu’elle pourrait tirer beaucoup de bénéfices du jeune homme, et dans un certain sens, cela l’excitait de pouvoir le dépuceler. Mais bon, elle avait bien prévu qu’il serait collant, et le jeune homme, très prévisible, après s’être déclaré et après être devenu son petit-ami du moment – ce qui ne l’empêche pas de coucher à droite à gauche, elle se doit simplement d'être prudente pour ne pas que Seok Min l’apprenne et donc s’en aller avant de se faire presser comme un citron, elle n’en a pas encore fini avec lui, elle n’est qu’au début du jeu dans lequel elle emmène le pauvre enfant naïf, dangereusement -, ne s’était pas empêché de lui envoyer un nombre incessants de messages sur son téléphone personnel. Miia soupire, elle devrait avoir trois téléphones : son professionnel, son privé, et un pour les petits amis riches naïfs et pots de colle, pire que de la superglue. Ainsi, quand Na Ri aborde sur un ton piquant le sujet, Miia soupire et se masse la tempe avec sa main gauche, la droite toujours posée sur son beau volant en cuir beige, le toit ouvert, ses mèches rousses volant au vent et se mêlant de temps ç autres à celles plus foncées de Na Ri :

«  Il est fatigant ce type. Il s’accroche, il s’accroche,…Mais bon, l’avantage est qu’il me donnera bientôt une montagne de cadeaux, je pourrais m’en débarrasser bien vite. »

Elle sourit narquoisement, fixant de ses yeux de féline la route qui s’offre à leur vue. Elle appuie sur la pédale et la vitesse se fait sentir, le vent tiède, malgré le ciel couvert, leur fouette le visage. Elles sont belles, sexy, elles ont tout pour plaire, et attention à la moindre personne qui tentera de se mettre au-travers de leur route.

Les deux acolytes arrivent donc bien vite à destination et sortent de la belle cylindrée en faisant claquer leurs magnifiques souliers à talons sur le sol, leur robe courte dévoilant leurs longues et fines jambes galbées. Elles entrent bien rapidement dans la boîte, jetant de temps à autres des coups d’œil gagnants et plein de jubilation aux personnes attendant dans la file des gens communs. Elles ne tardent pas à faire leur entrée au milieu de tous ces faisceaux lumineux multicolores, le son est déjà très bon, mais il y a malheureusement encore peu d’ambiance, seuls les VIP, et les clients arrivés de bonne heure, ont le privilège d’avoir déjà pu entrer sans se taper toute cette longue queue d’attente. Ce n’est pas grave pour Na Ri et Miia qui, confortablement installées dans un carré VIP, se prélassent, les lombaires confortablement retenus par un merveilleux canapé au cuir tendre et moelleux, elles trinquent en faisant sonner entre eux les verres remplis de liquide doré. Alors qu’elles s’apprêtaient à se raconter leur vie parce qu’elles ne se sont plus vues depuis un bon bout de temps, une ombre se dessine dans le coin de la ligne de mire de Miia qui se retourne bien vite. Que fait cet homme ici ? Na Ri demande directement qui est-il. Miia sourit narquoisement, il est bien gonflé de s’inviter à leur table, seuls les mets de choix, c’est-à-dire les hommes riches et beaux, et si possible plus âgés que Seok Min parce que quitte à repartir avec un homme à ramener dans ses draps blancs cette nuit, autant qu’il soit un homme, un vrai, sont acceptés. Elle ne répond pas tout de suite, elle le laisse se présenter, timidement, en bafouillant, disant qu’il les trouve très belles avant de l’interrompre au moment le plus opportun, c’est-à-dire celui où le jeune homme d’environ vingt ans, habillé d’une façon quelque peu street wear, prend enfin ses désirs pour la réalité afin de les étouffer dans l’œuf. Sa façon de l’interrompre ? Elle rit aux éclats à un point que tout le monde dans les carrés vip voisins, principalement des hommes, se retournent pour assister à la scène. Le jeune homme est pris au piège par ce rire sanglant et moqueur et est suivi par d’autres rires étouffés venant des voisins des deux jeunes femmes, ce gamin a vraiment beaucoup de toupet décidément.

«  Pourquoi tu ris ? », lui dit le jeune homme en regardant ses pieds tandis que Miia essuie une larme de rire perlant au coin de son œil :

«  Pardon mon petit, mais tu es tellement amusant…où est ta maman ? », dit-elle d’une façon faussement gentille.

«  Je suis venu avec des copains ! », désignant du doigt des garçons tout aussi jeunes, sinon plus, observer sans tact la scène de derrière, le jeune homme bredouille et ose enfin lever les yeux vers elles pour ensuite les rabaisser.

«  Ecoute mon petit, va jouer avec les filles de ton âge et n’embête pas tes noona d’accord ? » Elle lui parle sur un ton habituellement employé pour parler aux demeurés ou aux petits enfants. Le jeune homme s’incline à quatre-vingt-dix degrés :

«  Je…je…je suis désolé de vous avoir dérangées ! » Et il part en courant. Miia croise la jambe droite au-dessus de sa gauche en guise de petite victoire et se délecte d’une nouvelle coupe de champagne :

«  Le pauvre petit, il a visé trop haut ! », dit-elle d’un ton faussement désolé !


code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité
MessageSujet: Re: Party hard   Mer 12 Aoû - 23:57


Miia ∞ Na Ri
A u contraire de sa meilleure amie, Na Ri est légèrement plus calme, pas tellement tentée par la séduction. De plus, elle n’a pas cet esprit de famille que semble entretenir Miia avec sa sœur et sa mère.  Mais mises à part ces quelques détails, les deux jeunes femmes ont bien plus que des ponts communs. On pourrait les qualifiés de sœurs jumelles et si ça n’était pas l’apparence qui bloquait, elles pourraient facilement trompés les gens en faisant croire à un lien de parenté. Oui, semblable, elles le sont réellement. Même façon de penser, parler,  mépriser, regarder, et cela pourrait aller jusqu’à la démarche ou la façon de manger. Aucune n’a réellement appris de l’autre, elles ne se connaissent pas depuis le plus jeune âge et pourtant, les similitudes sont troublantes. Alors quand l’une parle l’autre ne contredis que rarement. Si ce genre de relation d’entente parfaite peut être dangereuse ou ennuyante pour certains, ça n’est surement pas le cas pour les deux jeunes femmes qui en trois ans d’amitié n’ont jamais connus la discorde.

    Enfin ensemble, enfin réuni après bien trop d’attente, les deux amies profitent du bon champagne et de leur place de VIP dans l’un des plus chics clubs d’Incheon. C’est alors qu’un invité surprise vient se joindre à la table des deux jeunes femmes sans invitation. En fait, le garçon n’avait pas mis un pied dans le carré qu’il s’était déjà fait jeter, sans scrupule. Alors, quand Miia avait fini de s’occuper de lui comme elle a le don et l’art de si bien le faire avec  son cœur d’acier, ce qui semblait être encore un étudiant s’inclina auprès de ses deux aînées tout en s’excusant. «  Les enfants ne sont pas encore couchés à cet heure-ci de nos jours ? » souffle Na Ri tout en sirotant sa coupe de champagne qu’elle apprécie, petit à petit, tandis que le jeune homme repartait d’où il venait, la tête baissé, tout en traînant les pieds. Voilà ce qu’est de réunir Park Miia et Son Na Ri. Si seule elles sont déjà des pestes incontournable, avec des personnalités aussi froides qu’effrayante, ensemble, elles forment un duo bien électrique. Le genre de duo auquel on se pousse pour laisser le chemin libre.

  Jambes et bras croisés, adossée contre le cuir de la banquette, la brunette balaie la salle du regard : il n’y a pas encore foule mais quelques femmes se déhanchent déjà sur la piste. La musique est assourdissante, les lasers aveuglant. Néanmoins, elle se sent heureuse d’être là, dans son élément, le monde de la nuit. Elle se penche alors vers l'oreille de Miia afin de se faire entendre, un sourire narquois aux lèvres : « alors, qui est ta proie ce soir ? » Si Na Ri ne s’intéresse pas vraiment aux conquête d’un soir ou même à longues durée, suivre les aventures de sa meilleure amie à toujours été pour elle quelque chose d’assez divertissent, surtout lorsque qu'elle assiste aux déchirures de cœur que provoque la rouquine aux hommes : quelque chose d’hilarant à ses yeux. Alors, ce soir, elle avait grande envie de voir son spectacle préférée, cela faisait après tout bien trop longtemps qu'elle n'avait pas eu ce plaisir.

« celui là, en face » d'un signe de tête, elle désigne un homme semblant cette fois ci légèrement plus âgé mais ayant l'air assez sûr de lui. « ça serait trop facile de prendre un faible, faut essayer de nouvelles choses. Va s'y. » Lâchant un sourire à sa meilleure amie, la jeune femme se ressert une nouvelle coupe, déjà la troisième.

code by Silver Lungs


Dernière édition par Son Na Ri le Lun 31 Aoû - 11:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Park Miia
Nombre de messages : 64
Date d'inscription : 16/07/2015
Pseudo : Obaa-chan/shia



avatar

MessageSujet: Re: Party hard   Ven 14 Aoû - 16:31

Miia ∞ Na Ri
Pour Park Miia, le jeune homme que vous venez de voir est du menu fretin, la preuve en est qu'il a été pêché sans effort et remis bien vite à l'eau. Il n'est certainement pas digne d'elle, dans son esprit. Elle a pris cette petite scène comme un apéritif, un amuse-bouche mais, comme dans la vraie vie, les amuses-gueule deviennent bien vite lassants et la jeune fille ne peut s'empêcher de penser qu'elle ne va pas dans ce genre de boîte sélect', en plus en tant que VIP et accompagnée par une jolie brune, sa meilleure amie, pour rester là, confortablement assise contre son trône en cuir bordeaux à attendre que les hommes trop jeunes et trop pauvres ne s'agglutinent autour d'elle. Elle a autre chose à faire que de faire la potiche.  Elle a besoin d'excitation, de piment, et pour Park Miia, la manipulation et la séduction sont des arts tout aussi excitants, sinon plus, que l'acte sexuel en lui-même. Elle n'est pas une statue, mais bien une oeuvre d'art vivante scrutant avec soin le petit peuple se trémoussant en bas. Rien de bien intéressant ne se profile, il n'y a que quelques jeunes et quelques femmes qui dansent entre ces rayons de lumière aux couleurs flashy. Elle soupire. Après tout, la soirée ne fait que commencer et les gros poissons n'ont pas pour habitude de sortir bien tôt, c'est du moins ce que notre jeune reine de la nuit a remarqué. A propos, vous devriez savoir que sa jeunesse est un atout et qu'elle s'en est déjà servie pour séduire des hommes d'une quarantaine d'années se croyant supérieurs aux petites jeunettes. Elles ne les choisissait pas riches. Quand elle avait vingt ans elle aimait beaucoup les aguicher pour les laisser ainsi le sexe en feu de par leurs désirs qu'elle n'avait pas assouvis. Elle voulait avoir le pouvoir sur ces pourritures qui se croyaient au-dessus des filles jeunes et belles alors qu'en fait, ce sont elles qui leur sont supérieures. En revanche elle ne choisit que très peu d'hommes vieux même s'ils sont riches. Pourquoi se contenter d'une cylindrée quand on peut avoir une rolls ? Autant joindre l'utile à l'agréable, voilà pourquoi elle a toujours préféré les hommes d'une bonne vingtaine ou d'une trentaine d'années, le genre d'homme actif en quelque sorte. Son petit copain actuel ne remplit pas non plus ce critère vous allez me dire, mais elle avait trouvé autre chose de plus que l'argent d'excitant : Le dépuceler. Bref en tous les cas elle considère que les belles filles manipulatrices qui se contentent de vieux riches ne jouent pas suffisamment dans la cour des grands, tout son contraire en somme.

Comme si Na Ri avait lu dans ses pensées, ce qui n'aurait pas été improbable en trois ans d'amitié, la jeune demoiselle semble elle-aussi intéressée à l'idée de voir Miia à l'oeuvre et, en même temps, les deux jeunes complices à la beauté glaciale jettent leur dévolu sur un homme déjà entouré de femmes, près des carrés vip d'en face, mais tout de même debout sur la piste de danse. Il est revêtu d'une chemise blanche et d'un pantalon noir, et porte au poignet une épaisse montre en or. Miia est tout à fait capable de reconnaître un homme fortuné, le plus souvent ce sont des PDGs qui ont repris les affaires familiales florissantes et qui leur donnent le plus souvent une seconde jeunesse. Ils sont un met de choix pour la jeune femme qui détache ses cheveux qu'elle avait attachés quelques minutes auparavant et elle sourit à sa meilleure amie :

" J'aime les challenges. Tu verras, en moins de deux il n'y aura plus que moi à ses côtés. On parie ? " Sans plus attendre, elle étire ses longues jambes d'albâtre similaires à deux serpents aux écailles blanches ondulants vers leur proie. Elle fait claquer ses hauts talons aiguilles noirs sur le marbre des marches la conduisant sur la piste. Les regards se tournent automatiquement vers elle, elle n'est pas que belle, elle est également magnétique et le sait. Elle fixe le jeune homme qui ne peut s'empêcher de sourire en croisant son regard et en voyant cette sublime créature approcher dans sa direction. Au sourire niais qu'il affiche malgré qu'il ait l'air d'avoir trente ans, Miia comprend que c'est dans la poche. Ca serait même presque trop facile. C'est plus fort qu'elle, d'avoir envie de jouer. Elle joue à la Barbie et à Ken version grandeur nature. Elle veut cependant jouer un peu avec ses nerfs et se détourne de lui pour aller au bar, le laissant ainsi pantois. Elle ne tarde pas à entendre le bruit tant aimé d'un billet froissé dans son dos alors qu'elle commande un martini dry et se retourne, feignant la surprise. L'homme entonne d'une voix virile tellement plus agréable à entendre que celle de Seok Min :

" Laissez, la conso de la jeune femme est pour moi. "

" Ah je comptais justement la lui offrir. " Même le barman s'y met, ce qui n'est pas pour lui déplaire. Elle aime quand de vrais hommes se battent pour elle, mais attention, de vrais hommes qui ont de vrais muscles, de vrais beaux cheveux, une vraie belle peau, qui ont une vraie grande taille...si deux gamins devaient faire ça devant ses yeux elle les roulerait tant elle trouverait ça pitoyable, mais là elle en mouillerait presque. Elle se relève, met ses seins sur ses avants-bras et sourit de façon mignonne au barman :

" C'est adorable mais je ne veux pas que vous perdiez votre emploi par ma faute. Laissez monsieur payer pour moi. " Elle lui sourit, le serveur accepte et pendant qu'il prépare sa boisson, le séduisant homme riche s'assoit près d'elle. Elle fait exprès de se rapprocher de lui pour que leurs cuisses se touchent :

" C'est fort bien gentil à vous. "

" Allons tutoyez moi je suis jeune ! "

" Mmmmh vous êtes vraiment si jeune que ça ? "

" Bien sûr, j'ai trente-deux ans. "

" J'en ai vingt-cinq ! "

" L'âge parfait en sommes ! " Son martini arrive. Elle plonge ses lèvres rosées dedans et les lèche avant de planter ses yeux dans les siens :

" Il n'y a pas que ça qui est parfait chez moi "

" Vous...tu es bien sûre de toi ! "

" Tu ne serais pas venu me parler si je n'étais pas aussi jolie non ? "

" Haha touché. "

" C'est triste de boire seule...vous voulez goûter ? " Elle approche ses lèvres des siennes et l'homme ne tarde pas à les dévorer sous les regards envieux des filles qui lui tournaient autour quelques instants plus tôt ainsi que sous ceux amusés de sa meilleure amie qui,non loin de là, ne rate certainement aucune miette du spectacle.

" Je peux vous présenter à mon amie ? " L'homme, s'imaginant déjà un plan à trois avec deux magnifiques femmes quand elle lui montra du doigt Na Ri, accepte de les rejoindre au carré VIP. Mais en réalité, Miia ne faisait que lui ramener son nouveau trophée.


code by Silver Lungs


Dernière édition par Park Miia le Lun 31 Aoû - 16:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Invité
MessageSujet: Re: Party hard   Lun 31 Aoû - 11:56


Miia ∞ Na Ri
C’est donc suite au « défi » de sa meilleure amie, que Miia part à l’attaque, confiante plus que jamais. Pas une seule fois on ne la vue face à un échec, et ça n’est pas ce pauvre type né avec une cuillère d’or dans la bouche qui va changer la donne. Alors, Na Ri prend sa coupe de champagne en main, attendant avec impatience la suite des événements. Son sourire sarcastique traduit sa satisfaction, son contentement. Un si bon moment n’était pas arrivé depuis bien trop longtemps. Ces derniers temps, les problèmes avaient poussé  comme les mauvaises herbes et les difficultés ne cessaient de se faire voir. Alors, elle profite de l’instant, elle savoure ce petit moment de bien-être, et ce temps qu’elle partage avec sa meilleure amie qu’on lui a déjà prise. D’ailleurs, elle ne la laissera pas très longtemps à cet homme de la trentaine qui la monopolise bien trop à son goût, et tâchera de la récupérer si ce dernier aurait tendance à trop s’éterniser.
 Pour le moment, elle laisse les choses faire, les deux semblants être en pleine conversation. Ne rien entendre agace la brunette qui commence à s’impatienté. Mais voilà qu’un homme s’approche soudainement d’elle, glissant le long du sofa, leurs deux corps entre en collision. Il lève sa mâchoire, ses lèvres se rapprochent de l’oreille  de celle qu’il a repérée plus tôt, et dont il avait attendu la solitude.  Mais n’a-t-il pas même le temps d’enchaîné son deuxième mot que la jeune femme lui prend les cheveux de son poing ferme, rapprochant à son tour sa bouche en direction de l’ouie de l’homme :   « La prochaine fois, c’est mon talon aiguille au milieu de tes jambes, dégage, vite ». Un regard sombre en accompagnement, et ce dernier s’en va aussi vite qu’il n’était arrivé. Un autre de moins. La brunette peut ainsi reprendre là où elle s’en était arrêtée.
C’est en reposant les yeux sur le carré d’en face, droit devant, que la jeune femme se rend compte que cette interruption lui avait fait rater des choses. Examinant le club, elle voit de nouveau les deux protagonistes de cette scène, qui en sont arrivés au bar. Rapide, pense-elle. Ils semblent en grande conversation, le barman est également de la partie. Alors que l’un repart à ses clients, l’autre semble déjà passé au niveau supérieur ; Il apprécie le goût des lèvres de la jolie rouquine et n’hésitera pas à la dévorée si seulement cette dernière ne l’avait pas arrêté pour lui présenté sa compagnie d’origine.  
Loin du spectacle mais toujours toute attentive, Na Ri voie déjà la victoire de sa meilleure amie en la triomphant d’un applaudissement lorsqu’elle arrive a quelques pas d’elle. Celui qui ne sert que de butin ne semble pas comprendre pourquoi un tel geste. Ses sourcils froncés, son regard perdu et soucieux, rien n’est plus exaltant pour la jeune femme que de voir la proie de sa meilleure amie dans un tel état.
Se donner le plaisir de lui faire comprendre ou laisser Miia finir son travail ? Qu’est-ce le plus excitant ? Na Ri laissait la rouquine choisir…

hj - c'est trop nul, et j'ai mis du temps, pardonne moi ♥

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Party hard   

Revenir en haut Aller en bas
 

Party hard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daily Incheon :: Hors jeu :: Topics (RP) archivés-